ARCHIVES

Fusillade de Lille : d'où viennent ces armes de guerre ?


le 07 juillet 2012 à 11h00 , mis à jour le 07 juillet 2012 à 11h02.
Temps de lecture
3min
Des fusils d'assaut kalachnikov

Des fusils d'assaut kalachnikov / Crédits : TF1

À lire aussi
Faits diversC'est le point soulevé par le ministère de l'Intérieur après l'arrestation en Espagne des suspects recherchés après la fusillade meurtrière de Lille. Manuel Valls souligne ainsi le nombre croissant des saisies d'armes. Au marché noir, une kalachnikov peut se vendre entre 500 et 2000 euros.

Les suspects de la fusillade de Lille désormais arrêtés, la justice française attend de pouvoir les interroger. Le procureur de la République de Lille, Frédéric Fèvre, veut "comprendre véritablement ce qui s'est passé et ce qui a déchaîné cet accès de violence". Tout en louant la coopération entre polices européennes (entre la France et l'Espagne, mais aussi avec la Belgique, où diverses investigations ont été menées discrètement durant la traque des fugitifs, dont on soupçonnait qu'ils pouvaient essayer de fuir par le nord de l'Europe). Mais pour Manuel Valls, le drame de Lille soulève d'autres préoccupations. Si le ministre de l'Intérieur s'est lui aussi félicité de la bonne communication avec la police espagnole, il a pointé le nombre croissant d'armes de guerre saisies en France. Car c'est bien avec une de ces armes (une kalachnikov) qu'avaient été tirés les coups de feu qui avaient tué deux personnes et en avaient blessé six autres dans une boîte de nuit de Lille.

Selon des spécialistes, près de 15.000 armes de guerre type kalachnikov circuleraient actuellement dans les banlieues françaises, contre 3 à 7 millions d'armes qui se trouveraient illégalement en France. Le prix d'une kalachnikov sur le marché noir, oscille entre "500 euros pour une arme de mauvaise qualité" et de "1000 à 2000 euros" pour une arme venue de l'ex-Yougoslavie, selon un spécialiste.

L'ex-ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait assuré en février 2012 que près de 3500 armes avaient été saisies en 2011. Manuel Valls, lui, redoute que l'augmentation du nombre de saisies ne soit avant tout un signe de l'explosion des trafics. Or selon lui, "pour lutter efficacement contre ces trafics, la coopération entre les polices européennes est essentielle, notamment grâce à Europol et Interpol".

Commenter cet article

      Nous suivre :

      A 7 ans, ils effraient un voleur de voiture à l'aide d'un jouet en plastique

      logAudience