ARCHIVES

Fusillade de Lille : les suspects bientôt de retour en France


le 07 juillet 2012 à 10h58 , mis à jour le 07 juillet 2012 à 11h00.
Temps de lecture
3min
Fayçal Mokhtari est suspecté d'être l'auteur de la fusillade ayant tué deux personnes dimanche à l'aube dans une discothèque de Lille.

Fayçal Mokhtari est suspecté d'être l'auteur de la fusillade ayant tué deux personnes dimanche à l'aube dans une discothèque de Lille. / Crédits : DR

À lire aussi
Faits diversEntendus par la justice espagnole, le suspect numéro 1 de la fusillade dans une discothèque de Lille et son complice présumé devraient être remis à la justice française la semaine prochaine. Manuel Valls pointe le problème de "la question de la circulation, en Europe, des armes de guerre".

Depuis leur arrestation, vendredi, par la police espagnole alors qu'ils tentaient d'obtenir des faux papiers, l'auteur présumé de la fusillade de Lille et l'homme qui l'avait accompagné dans sa fuite sont toujours en Espagne. C'est là qu'ils doivent répondre aux premières questions des juges. La justice française devra se montrer un peu plus patiente : les juges d'instruction de Lille, qui ont délivré à leur encontre deux mandats d'arrêt européens, devront attendre leur retour en France dans le courant de la semaine prochaine.

Le suspect numéro 1, c'est Fayçal Mokhtari, 32 ans. C'est lui qui est accusé d'avoir ouvert le feu à l'arme de guerre devant une discothèque. La fusillade avait causé la mort d'une employée de 26 ans, qui tenait le vestiaire de la boîte de nuit, et d'un client, âgé de 27 ans, qui s'apprêtait à quitter l'établissement. Six autres personnes avaient été blessées mais leurs jours ne sont pas en danger. L'homme qui accompagnait le suspect se nomme pour sa part Djelloul Cherifi, 24 ans ; il était comme lui activement recherché depuis dimanche.

Une "coopération exemplaire"

Saluant la "coopération exemplaire" entre les polices de France, de Belgique (où on envisageait aussi le passage des fugitifs) et d'Espagne, le procureur de la République de Lille, Frédéric Fèvre, a précisé que les faits commis étaient "de nature criminelle, passibles de la cour d'assises" et que les suspects encouraient la réclusion criminelle à perpétuité. Selon lui, les deux suspects arrêtés en Espagne "ont nécessairement bénéficié de complicité. C'est l'instruction qui le déterminera". Désormais, "les investigations vont se poursuivre pour comprendre véritablement ce qui s'est passé et ce qui a déchaîné cet accès de violence".

Pour sa part, Manuel Valls, tout en se félicitant de l'arrestation de l'auteur présumé des coups de feu, a relevé que ce fait divers soulevait "la question de la circulation, en Europe, des armes de guerre". Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur a souligné "le nombre croissant d'armes saisies", qui est selon lui "révélateur de l'activité de filières de contrebande internationale".

Commenter cet article

      Nous suivre :

      "Vous êtes venu à Carmaux il y a deux ans et vous ne tenez pas vos promesses"

      logAudience