ARCHIVES

Enfants disparus en Gironde : ils auraient quitté la maison à pied


le 25 juin 2012 à 18h21 , mis à jour le 27 juin 2012 à 13h00.
Temps de lecture
4min
Les deux petits cousins Andy et Eyrane-David avaient disparu samedi après-midi à Eysines, près de Bordeaux.

Les deux petits cousins Andy et Eyrane-David avaient disparu samedi après-midi à Eysines, près de Bordeaux. / Crédits : TF1-LCI

À lire aussi
Faits diversLes recherches pour tenter de retrouver les deux cousins de 7 ans qui ont disparu samedi à Eysines, près de Bordeaux, n'avaient toujours rien donné lundi après-midi. L'inquiétude devient plus vive.

Où sont Eyrane-David et Andy ? On était toujours sans nouvelles lundi après-midi des deux cousins de 7 ans portés disparus depuis samedi à Eysines, près de Bordeaux. Le point sur les dernières avancées de l'enquête alors que l'inquiétude devient de plus en plus vive au fil des heures.
 
Aucune piste n'est écartée. De la fugue à l'accident, en passant par celle d'un criminel, les policiers n'écartent aucune piste. "Toutes les pistes sont ouvertes", a déclaré le préfet de Gironde délégué à la défense et la sécurité, Hubert Weigel, lors d'une conférence de presse. La police a notamment rendu visite à des personnes connues pour des agressions sexuelles, afin d'écarter tout lien. La piste familiale, même si elle n'est pas privilégiée, n'est pas non plus écartée.
 
Des recherches autour de zones boisées. Lundi près de 200 enquêteurs, des agents municipaux et des bénévoles ont fouillé des bois au sud-est de la maison d'où les deux enfants seraient partis, laissant le portail grand ouvert. "Les chiens ont tracé un itinéraire emprunté par les enfants. C'est la raison pour laquelle des fouilles très précises sont en cours", a encore expliqué le préfet tandis que le procureur de la République de Bordeaux, Claude Laplaud, évoquait des "traces se récupérant en plusieurs endroits". Selon une source policière, un nouveau chien pisteur, mis à contribution lundi, a identifié d'autres endroits où ils auraient pu passer.
 
La thèse de la fugue de plus en plus ténue. Des "témoignages font penser qu'ils ont été vus pas très loin" de la maison, a précisé une source policière en expliquant qu'à ce stade, toutes les hypothèses restaient valables, même si la thèse de la fugue était de plus en plus ténue. "Des enfants qui disparaissent quelques heures, on en a toutes les semaines, surtout lorsqu'il fait beau. Mais là on est loin de quelques heures", a estimé cette source, en confirmant que ces cas étaient rares.
 
Ils voulaient aller se baigner avant leur disparition. Aucune vérification n'était écartée, après 48 heures de recherches. Ainsi, des recherches ont été lancées à l'aide d'un sonar dans le lac de Bordeaux, les enfants ayant indiqué qu'ils étaient frustrés de ne pouvoir se baigner. La police devait également vérifier des box inoccupés d'un hippodrome proche, pour voir si les enfants avaient pu s'y cacher.

Ils auraient quitté la maison à pied. Selon plusieurs sources concordantes, les deux garçons seraient partis à pied. Les équipes cynophiles sur place ont permis de retracer une partie du parcours des enfants. En début d'après-midi, le chien avait détecté un premier itinéraire passant près d'un cours d'eaux usées, en bordure de la rocade, à environ un km du lieu de leur disparition, avant de continuer.

Le père d'Eyrane pense que son fils "n'est pas dehors". Arrivé dimanche de Lorient, où il réside avec son garçon de 7 ans, Pierre-Alain Sylva a dit avoir "la ferme conviction qu'ils ne sont pas dehors [...] en train de se promener". "Je pense que, personne ne les ayant vus, on peut dire qu'ils ont été enlevés par quelqu'un ou qu'ils sont avec quelqu'un [...]. C'est aussi une hypothèse qu'ils se soient aventurés dans une maison où les propriétaires seraient partis en vacances, par curiosité et qu'ils soient restés bloqués. C'est l'espoir qu'on a", a-t-il conclu.

Une enquête ouverte pour "disparition inquiétante". Le parquet a ouvert une enquête pour "disparition inquiétante" et une centaine de policiers, de même que leurs proches, ont interrogé depuis sans relâche voisins et habitants. Le parquet de Bordeaux a indiqué lundi matin ne disposer d'aucun élément nouveau au titre de l'enquête, qui s'inscrit toujours dans ce cadre procédural sans que la police judiciaire ait été saisie. Les témoins éventuels peuvent contacter la police au 05 57 85 72 30 et au 05 57 85 77 77 la nuit.

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Une mystérieuse boule de feu embrase le ciel de Russie

      logAudience