En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Ils occupent leur hall d'immeuble pour chasser les dealers

Axel Constantinoff par avec
le 05 mars 2013 à 18h14 , mis à jour le 05 mars 2013 à 18h19.
Temps de lecture
3min
Image d'archives

Du cannabis/Image d'archives / Crédits : Doug Menuez/Thinkstock

À lire aussi
Faits diversUne quinzaine de locataires d'une résidence de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, ont dissuadé des dealers de se livrer à leur trafic dans un hall d'immeuble en s'y rassemblant le soir pendant plusieurs jours en février.

De 18h30 à 20h30, le hall d'immeuble était sous bonne garde. Une quinzaine de locataires d'une résidence de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine se sont organisés pendant deux semaines pour empêcher les dealers de se livrer à leur trafic. Le manège des dealers avait été remarqué notamment en raison de leurs "allers et venues" à des heures fixes, selon Gérard Dubois, qui vit dans cette résidence "habituellement tranquille" de 150 logements de type intermédiaire.

L'opération a permis de déloger trafiquants et consommateurs, "qui ne viennent plus depuis une semaine", selon ce dernier, qui craint un transfert du trafic ailleurs. "Il ne s'agit pas d'une milice ou de se substituer à la police. L'idée  était de tarir la source du vendeur, c'est-à-dire les acheteurs, par une  occupation citoyenne. Quand ils ont vu que dix personnes papotaient dans le  hall, cela leur a fait tout drôle", raconte ce fonctionnaire de 58 ans. L'ancien président de l'amicale des locataires dit avoir eu cette idée en regardant un reportage télévisé relatant une initiative à peu près similaire à Lille.

Pas une milice qui se substitue à la police

Courant janvier, une cinquantaine d'habitants d'une tour HLM du quartier de Wazemmes s'étaient en effet relayés pendant plusieurs jours la nuit pour empêcher des trafiquants de drogue d'occuper leurs couloirs. D'après Gérard Dubois, cela peut donner des idées ailleurs mais n'est  faisable que dans "des résidences de petites tailles comme la nôtre". "Nous avons réussi parce que les dealers venaient de s'installer. Quand ils sont implantés depuis plus longtemps, cela doit être beaucoup plus difficile",  ajoute-t-il. Au cabinet du maire (app. PCF) de Nanterre, Patrick Jarry, on "salue" le procédé tant que les "habitants ne s'organisent pas en milice et ne se substituent pas à la police".

Du côté de l'office municipal HLM de Nanterre, gestionnaire de la résidence, on encourage aussi cette action "pacifique". En agissant de la sorte, les habitants "montrent que socialement, ils représentent une force et  qu'ils ne permettent pas que l'on dégrade leur habitat", estime Gilbert Loriguet, responsable de la communication de l'office, soulignant que ce dernier n'a pas le pouvoir de réprimer les trafics. Qualifiant l'attitude de l'office HLM de "fuyante", Frédéric Lefret, élu d'opposition UDI, a suggéré dans un communiqué qu'il se dote d'agents assermentés pour permettre aux locataires de "vivre en toute sécurité".  

Commenter cet article

  • jeclfl : Je lis les commentaires, mais il n'y a que des raleurs et des "jamais contents". dans ce monde, il faudrait que tous les citoyens se responsabilisent un peu, et ne mettent pas systématiquement la faute ou l'inertie des uns ou des autres, de l'Etat. Assumons un peu aussi .

    Le 06/03/2013 à 09h43
  • lentpecheur2 : Le bailleur est le maire de NANTERRE , c'est donc lui qui ne protège pas ses locataires !

    Le 06/03/2013 à 08h19
  • morob... : à marinebis : ha humour quand nous tiens!!

    Le 06/03/2013 à 06h53
  • 421123 : Oui, mais pas des "personnes" étrangères à l'immeuble!

    Le 06/03/2013 à 02h47
  • marinebis : Les attroupements dans les hall sont interdits, le procureur va poursuire les locataires j'espère ...

    Le 05/03/2013 à 22h43
      Nous suivre :
      États-Unis : deux femmes passent sous un train et échappent à la mort

      États-Unis : deux femmes passent sous un train et échappent à la mort

      logAudience