En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

INFO LCI. Marc Machin placé en garde à vue pour une bagarre en pleine rue

Edité par
le 10 novembre 2014 à 09h04 , mis à jour le 10 novembre 2014 à 21h54.
Temps de lecture
3min
Marc Machin

Marc Machin / Crédits : LCI

A lire aussi
Faits divers Marc Machin - l'homme acquitté en 2012 pour un meurtre qu'il n'avait pas commis -a été placé en garde à vue dimanche à Paris pour coups et blessures sur la voie publique. Garde à vue levée lundi après-midi.

Marc Machin a été placé en garde à vue dimanche à Paris après une bagarre sur la voie publique. Selon nos informations, il a été arrêté pour coups et blessures après une altercation avec un individu, apparemment son beau-frère, qui a été transporté à l'hôpital. Emmené au commissariat du XIXe arrondissement, Marc Machin a passé la nuit sur place. Ce lundi matin, toujours selon nos informations, il s'est rebellé contre les gardiens de la paix chargés de sa surveillance et à qui il aurait proféré des insultes et donné des coups. Il a lui-même été blessé et soigné sur place. Sa garde à vue a été levée lundi dans l'après-midi, "et l'enquête se  poursuit", a précisé une source judiciaire.

Condamné par deux fois aux assises, en 2004 et 2005, pour le meurtre de Marie-Agnès Bedot le 1er décembre 2001 sur le pont de Neuilly (Hauts-de-Seine), Marc Machin a finalement été acquitté en décembre 2012, au terme d'un troisième procès.

En juillet, Marc Machin a été indemnisé par la justice pour avoir passé près de 7 ans en prison. Il a touché plus de 660.000 euros de dommages et intérêts.    Entre-temps, le véritable auteur du meurtre, David Sagno, s'était constitué prisonnier en mars 2008, ce qui avait permis l'annulation de la condamnation de Marc Machin par la Cour de révision.

Il a également été condamné en avril 2013 à six mois de prison avec sursis  pour recel de vol de téléphone portable et violences par le tribunal correctionnel de Paris, cinq mois après son acquittement.

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Les héros du Thalys, 10 mois plus tard

      logAudience