En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Info TF1 - Arrestation musclée et filmée à Chanteloup-les-Vignes : 4 policiers mis en examen

par
le 10 février 2016 à 15h30 , mis à jour le 10 février 2016 à 15h52.
Temps de lecture
3min
Arrestation musclée et filmée à Chanteloup-les-Vignes
A lire aussi
Faits divers Frappé au visage, traîné au sol... L'arrestation d'un trafiquant de drogue présumé par des policiers de la BAC à Chanteloup-les-Vignes avait fait polémique en octobre après la diffusion sur internet d'une vidéo de la scène. La police des polices avait été saisie. Selon nos informations, 4 policiers ont récemment été mis en examen pour violences et risquent la cour d'assises.

>>> Vidéo ci-dessus : la vidéo de la scène
tournée le 16 octobre dernier par une riveraine <<<
 

L'affaire avait démarré grâce à une vidéo tournée par une riveraine. Quatre policiers en poste à Chanteloup-les-Vignes, dans les Yvelines, ont récemment été mis en examen par un juge d'instruction versaillais dans l'enquête sur une violente interpellation qui s'était déroulée dans la soirée du 16 octobre dernier, selon nos informations.
 
La scène, diffusée sur les réseaux sociaux, montrait plusieurs policiers en civil de la Brigade anti-criminalité (BAC) de la ville frapper au visage un jeune homme menotté dans le dos -il était suspecté de se livrer à un trafic de drogue- avant de le traîner au sol. Quelques secondes plus tard, un des fonctionnaires tirait au Flashball en direction d'un riverain qui lui faisait face.

Le récit des policiers de la BAC n'a pas du tout convaincu les enquêteurs 
 
Les policiers sont aujourd'hui poursuivis pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique" ("avec arme" pour l'utilisateur du Flashball) ainsi que pour "faux en écriture publique", un crime passible de la cour d'assises.
 
Le récit des membres de la BAC n'a en effet pas du tout convaincu les enquêteurs de l'Inspection générale des services (IGPN),  la "police des polices", et les juges. Les policiers avaient raconté, sur procès-verbal, que le suspect s'était violemment débattu en ameutant les badauds puis en frappant les fonctionnaires, même menotté dans le dos.

Une autre vidéo

Les fonctionnaires avaient également expliqué s'être servi du Flashball pour se défendre face au passant "armé d'une pierre" et face à un groupe "hostile" d'une dizaine de jeunes situés un peu plus loin. L'exploitation de la vidéo-surveillance de la rue a démontré que cette version était fausse.
 
Tous ont été laissés libre sous contrôle judiciaire. Le juge d'instruction n'a pas pour le moment ordonné de suspension administrative à leur encontre. Trois des policiers sont toujours en poste à Chanteloup-les-Vignes. Le quatrième -le plus impliqué dans l'affaire- a, lui, changé d'affectation à titre temporaire.

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Les cascades, l’endroit idéal pendant la canicule

      logAudience