ARCHIVES

Tableau de Delacroix vandalisé : "La jeune femme semble avoir agi seule"

Edité par
le 08 février 2013 à 10h19 , mis à jour le 08 février 2013 à 13h43.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
Faits diversL'inscription "AE911" faite jeudi soir au marqueur indélibile noir par une visiteuse du musée du Louvre-Lens sur un coin du tableau "la liberté guidant le peuple" de Delacroix aux attentats du 11 Septembre. Elles devraient pouvoir être facilement effacées.

Les faits. Une femme a été interpellée jeudi peu après 18 heures, au Musée du Louvre-Lens, alors qu'elle venait de vandaliser le célèbre tableau "La liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix. Selon nos informations, c'est un vigile, aidé d'un visiteur témoin de la scène, qui a maîtrisé la jeune femme, avant de la remettre aux policiers. Agée de 28 ans, cette dernière a été immédiatement placée en garde à vue.

La jeune femme aurait agi seule. Vendredi, cette garde à vue a été prolongée. "C'est plutôt une personne déséquilibrée", a expliqué le procureur de la République de Béthune vendredi, précisant qu'il avait demandé que la jeune femme soit examinée par un psychiatre. "Elle a des moments de lucidité et par moments, elle a des bouffées délirantes", a-t-il expliqué, ajoutant que "la jeune femme semble avoir agi seule". Une perquisition a été effectuée vendredi matin à son domicile à Hersin-Coupigny (Pas-de-Calais). Son téléphone portable a été saisi et fait l'objet d'analyses.
 

Que signifie l'inscription. L'auteur de la dégradation a eu le temps d'inscrire au marqueur noir indélébile la mention "AE911". Le tag, "large d'une trentaine de centimètres, a été faite sur la chemise blanche d'un personnage en position allongée se trouvant en bas à gauche de l'oeuvre d'art", précise à TF1 News une source proche de l'enquête. Toujours selon nos informations, lors de son arrestation, la jeune femme a expliqué que cela faisait référence au sigle "Architects and Engeneers for 9/11 truth", un groupement qui milite sur internet pour la réouverture de l'enquête sur les attentats contre les tours du World Trade Center en 2001, en avançant l'hypothèse d'une destruction par des explosifs.  

Les dégâts sont-ils graves ?  Selon les premières constatations effectuées par des experts du Louvre, dépêchés sur place, l'inscription, superficielle, devrait pouvoir être nettoyée facilement. "Ce qui a été marqué semble pouvoir se retirer assez facilement. On va pouvoir revenir sur les dégradations", a indiqué le directeur du Louvre-Lens Xavier Dectot. "On a déjà fait des tests et on voit que l'inscription s'enlève totalement", a précisé pour sa part Vincent Pomarède, directeur du département peintures du musée du Louvre.

"S'il s'agit bien d'une simple inscription au marqueur, même indélébile, cela ne devrait pas endommager l'oeuvre car elle est normalement protégée par un épais vernis et les matières utilisées par l'artiste ne sont pas poreuses", avait confirmé un peu plus tôt à TF1 News Laurence Baron-Callegari, restauratrice de tableaux pour les Musées nationaux. C'est beaucoup plus ennuyeux lorsque des dégradations sont faites sur des oeuvres très contemporaines aux peintures très poreuses, comme cela a été le cas récemment à Londres sur une oeuvre de Rothko, poursuit-elle.  Cela est également bien plus dramatique lorsque la dégradation est faite avec de l'acide ou un scalpel", précise l'experte.

Pour sa part, le maire de Lens, Guy Delcourt, a assuré sur LCI que cette dégradation ne remettait pas en cause "la volonté de faire partager à tous les chefs-d'oeuvre du Louvre à Lens".

Commenter cet article

  • 06pol510 : Folle ou pas folle il faut qu"elle se prenne une amende canon !sa famille n'a qu'a banquer!

    Le 09/02/2013 à 01h20
  • axellume : Il nous le dirons pas!!!!!!!!!!!!!!!!!!deviner pourquoi??

    Le 08/02/2013 à 17h35
  • cirio13 : Marre de tous ces malades qui polluent notre société.

    Le 08/02/2013 à 13h59
  • andy_33 : Relisez-vous, il manque des mots apres "de Delacroix...": L'inscription "AE911" faite jeudi soir au marqueur indélibile noir par une visiteuse du musée du Louvre-Lens sur un coin du tableau "la liberté guidant le peuple" de Delacroix aux attentats du 11 Septembre.

    Le 08/02/2013 à 13h37
  • kaezx47 : Et voilà les dégats fait par un journal qui parle d'un fait divers et fait croire à des incrédules que les blablas gouvernementaux sont vrais. Pensons à tous ceux qui ne sont pas morts à cause la bombe atomique que sadam avait dans la poche et dans l'avion famtome du pentagone le 11 septembre.

    Le 08/02/2013 à 13h30
      Nous suivre :

      Des poissons devenus fous en raison de l'eau acide

      logAudience