En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

La longue nuit des passagers du TGV Paris-Marseille


le 05 mai 2012 à 08h21 , mis à jour le 05 mai 2012 à 08h23.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
Faits diversVictimes d'un transformateur touché par la foudre, les 700 passagers d'un TGV se sont retrouvés bloqués en pleine voie tard vendredi soir au sud de Mâcon. Ils ont dû être transférés dans un autre train en pleine nuit au sud de Mâcon. Bilan : environ cinq heures de retard.

Pour les passagers, la nuit fut longue et inconfortable ; et pour la SNCF, l'incident tombait au plus mal à la veille d'un week-end chargé sur les rails en raison du pont du 8 mai. Environ 700 personnes voyageant à bord d'un TGV Paris-Marseille, bloquées pour cause de panne électrique en pleine voie au sud de Mâcon tard vendredi soir, ont dû être transférés à bord d'un autre TGV pour être acheminés à bon port.

La raison de ce blocage : selon un porte-parole de la SNCF, c'est un orage qui a frappé un transformateur commandant une section de voie, privant totalement de courant le TGV Paris-Marseille qui devait arriver vers minuit trente. Un autre TGV circulant entre Paris et Lyon est venu à la rescousse des voyageurs ; à son arrivée, ils patientaient depuis déjà deux heures, selon le témoignage de l'un d'entre eux. 

Des passagers qui voyagent assis sur la moquette

Il a fallu dès lors procéder à un transbordement, opération toujours délicate en pleine voie. Des échelles ont été accrochées aux portes des deux trains, positionnés sur deux voies parallèles, afin que le passage de l'un à l'autre puisse se faire en pleine nature. Les passagers ont été prévenus que l'opération de transfert prendrait deux heures et qu'il faudrait "se serrer" à bord de ce "train de secours". C'est effectivement ce qu'ont dû faire les invités impromptus du TGV venu à la rescousse du "Paris-Marseille"... quitte à s'asseoir par terre, sur la moquette. A l'arrivée, les naufragés du rail comptaient environ 5 heures de retard.

La SNCF a indiqué que des travaux de réparation étaient réalisés afin que les trains puissent circuler normalement samedi matin.

Commenter cet article

  • quincy08 : Un jour j'ai préféré l'avion au train = 4h de retard....

    Le 07/05/2012 à 13h06
  • foxfoxbvff : C'est la question que je me suis posé aussi!

    Le 06/05/2012 à 00h34
  • dunkerquois5914 : C'est ça la sncf

    Le 05/05/2012 à 19h18
  • vingue : Le train, comme toute chose peut-être tributaire des aléas climatiques, ou autres. Il faut l'accepter ! Quand vous prenez la voiture et que vous tombez en panne, ou que vous ayez un accident, je ne pense pas que ce soit moins désagréable ou moins traumatisant. Et alors, personne contre qui se mettre en colère ! Dans l'ensemble, tout le monde vante le service rendu par ces trains, mais dès que se produit un incident, tous crient au scandale ! Les gens sont devenus nombrilistes et c'est un euphémisme. La compréhension et l'indulgence ne feraient-ils plus partie du vocabulaire français ?? Un train peu importe lequel arrive en retard suite à un coup de foudre sur le transformateur. A qui appartient le transfo ? Plutôt pourquoi n'est il pas protégé contre la foudre par un paratonnerre ou isolation par protection électronique ? A l'origine tout appartenait à la SNCF entreprise publique financée par nos impôts. Les responsables actuels ont-ils à leurs dispositions tous les moyens techniques pour ne pas avoir ces problèmes ou sinon pourquoi le nécessaire n'est il pas fait ?

    Le 05/05/2012 à 17h11
  • vingas : Faut rester à la maison et ne plus s'occuper des "machins" ou vivre au fin fond des bois en Robinson

    Le 05/05/2012 à 16h01
      Nous suivre :
      Le pire du foot

      Le pire du foot

      logAudience