En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Affaire Merah

L'arme des crimes de Toulouse et Montauban identifiée


le 24 mars 2012 à 10h25 , mis à jour le 24 mars 2012 à 16h12.
Temps de lecture
5min
Mohamed Merah âgé de 22 ans/Image d'archives

Mohamed Merah âgé de 22 ans/Image d'archives / Crédits : TF1/DR

A lire aussi
Faits diversL'arme qui aurait été utilisée par Mohamed Merah lors des meurtres de Toulouse et Montauban a été retrouvée. On a appris par ailleurs que son frère était présent lors du vol du scooter qui a servi lors des expéditions meurtrières. Il a été transféré à Paris avec sa compagne.

 

La mort de Mohamed Merah ne met pas fin à l'affaire du "tueur au scooter". L'enquête doit encore montrer comment il avait pu basculer dans l'extrémisme, comment il s'est procurer tout un arsenal, et déterminer s'il avait des complices ou agissait seul. Pour répondre à ces questions, les enquêteurs disposent d'une arme, et interrogent sans relâche l'entourage du jeune homme.

L'arme des meurtres de Toulouse et Montauban identifiée
L'arme utilisée par Mohamed Merah lors des trois tueries de Toulouse et Montauban, un pistolet automatique Colt .45, a été identifiée par les enquêteurs, a-t-on appris de source judiciaire, confirmant une information d'i-Télé. Les expertises balistiques ont permis de déterminer qu'il s'agissait d'un Colt .45 de calibre 11,43 mm, découvert mercredi lors de la fouille d'une Clio, a-t-on ajouté. Cette arme a été utilisée lors de l'assassinat de trois militaires à Toulouse et Montauban les 11 et 15 mars, et lors de la tuerie à l'école juive de Toulouse le 19 mars. Lors de celle-ci, Mohamed Merah disposait également d'une seconde arme.

Le frère aîné de Mohamed Merah transféré à Paris
Deux jours après la mort du tueur au scooter sous les balles du Raid, son frère aîné Abdelkader s'est imposé samedi au coeur de l'enquête sur les actes de Mohamed Merah, ce cadet dont il se serait dit fier au cours de ses auditions. Abdelkader Merah, 29 ans, et sa compagne ont été transférés samedi matin du commissariat central de Toulouse au siège de la Sous-direction antiterroriste (SDAT), à Levallois-Perret, en proche banlieue parisienne, où ils sont arrivés peu avant 11 heures.

Abdelkader Merah était présent au moment du vol du puissant scooter qui a plus tard servi à Mohamed pour assassiner froidement trois enfants et un enseignants juifs et trois parachutistes en huit jours, a-t-on appris de source policière. Lui et sa compagne ont été interpellés mercredi chez eux à Auterive, à 40 kilomètres au sud de Toulouse, au moment même où le Raid entamait un siège de 30 heures devant le domicile toulousain de Mohamed. Ils devaient terminer dimanche matin les quatre jours de garde à vue possibles en matière de terrorisme dans les locaux de la SDAT. Leur présentation à la justice devrait nécessairement avoir lieu dans la capitale puisque c'est le parquet de Paris qui dirige l'enquête du fait de sa compétence antiterroriste.

La mère de Mohamed Merah minée par le remords
La mère de Mohamed Merah est minée par un "sentiment de culpabilité et de remords" et se demande comment elle aurait pu empêcher son fils d'assassiner sept personnes, a annoncé son avocat samedi à Toulouse. "Est-ce qu'elle aurait pu éviter les choses, c'est la question qu'elle se pose", a dit Me Jean-Yves Gougnaud, le défenseur de Zoulhika Aziri.

Sa cliente, interpellée mercredi, a été entendue en garde à vue jusqu'à vendredi soir, quand elle a été relâchée. "Ces trois jours de garde à vue ont été difficiles mais elle a coopéré", a affirmé son avocat, qui s'exprimait devant l'hôtel de police où sa cliente a été entendue. "Elle était en colère", a précisé son conseil. "Elle se demande pourquoi son fils lui a fait ça".

Comment Merah a-t-il financé ses achats d'armes ?
Mohamed Merah possédait un impressionnant arsenal d'armes retrouvées dans son appartement et deux voitures, avec plusieurs pistolets automatiques et pistolets-mitrailleurs, des armes classiques que l'on retrouve sur un marché noir français "florissant", selon la police. "Ce sont des armes qu'il dit avoir achetées, et je pense que c'est vrai, il les aurait payées 20.000 euros, dit-il dans ses discussions avec les négociateurs du Raid, et il les aurait achetées grâce à des cambriolages ou des hold-up qu'il faisait pour se procurer de l'argent", a expliqué samedi sur BFM-TV le coordinateur national du renseignement, Ange Mancini. "Les armes elles aussi vont parler. On aura petit à petit des éléments qui vont accréditer ou infirmer ces déclarations", a-t-il ajouté.

Levée du plan Vigipirate écarlate dans la région Midi-Pyrénées
Le plan Vigipirate écarlate, activé pour la première fois lundi dans la région Midi-Pyrénées à la suite de la tuerie devant l'école Ozar Hatorah, a été levé, a indiqué samedi le ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

Le niveau d'alerte écarlate de Vigipirate avait été activé dans cette région, une première en France. Le niveau écarlate est le plus élevé et est destiné à prévenir un risque d'attentats majeurs, avec des mesures de sécurité particulièrement contraignantes.

Réunion autour de Sarkozy sur les questions de sécurité
Nicolas Sarkozy a réuni à 11h30 à l'Elysée le Premier ministre, plusieurs membres du gouvernement et responsables policiers pour évoquer les questions de sécurité, alors que l'efficacité de la police été mise en cause dans l'enquête sur les drames de Toulouse et Montauban. Selon la présidence, participent notamment à cette réunion aux côtés du chef de l'Etat et de François Fillon les ministres Claude Guéant (Intérieur) et Michel Mercier (Justice) ainsi que les directeurs de la police nationale, de la DCRI et de la DGCE.

Le profil du tueur de Toulouse et Montauban, Mohamed Merah, délinquant multirécidiviste, qui souffrait de troubles psychologiques, parti un temps en Afghanistan et qui professait des opinions islamistes, suscite une controverse sur de possibles failles dans sa surveillance. Les choix tactiques faits par le Raid pour l'appréhender sont aussi sur la sellette. Jeudi, après la mort de Mohamed Merah, Nicolas Sarkozy avait annoncé le renforcement de l'arsenal pénal de lutte contre le terrorisme, précisant vouloir instaurer des "peines de prison" pour ceux qui en font l'apologie.

Commenter cet article

  • detentoi : Bien vu !

    Le 24/03/2012 à 19h38
  • leglaude25 : Mais où est donc, le tatouage que le témoin a vu lors du meurtre de Montauban?

    Le 24/03/2012 à 18h22
  • havan76 : On pourrait pas arrêter d'en parler , ça suffit de le voir !

    Le 24/03/2012 à 15h58
  • viggo75 : Vous n'avez qu'à pas le regarder !

    Le 24/03/2012 à 15h35
  • lieubo : La mère de ce funèste individu ce demande ce qu'elle aurait pus faire ? C'est simple ! éduquer, surveiller son enfant.

    Le 24/03/2012 à 15h24
      Nous suivre :
      Leur avion gèle, ils descendent pour le pousser

      Leur avion gèle, ils descendent pour le pousser

      logAudience