En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Lille : Une aide-soignante du CHR mise en examen pour tentative d'assassinat


le 24 mai 2015 à 13h27 , mis à jour le 24 mai 2015 à 13h30.
Temps de lecture
3min
Hopital illustration bactérie infirmier
A lire aussi
Faits divers Les faits reprochés, tels qu' "une perfusion dévissée, une tubulure enlevée, une injection de produit inadapté", n'ont pas eu de conséquences graves sur la santé des patients. " Des maladresses " tout au plus, assure l'avocate de l'aide-soignante.

L'affaire commence fin 2014. « Des dysfonctionnements nous ont inquiétés », explique à la Voix du Nord Marie-Charlotte Dalle, directrice juridique du CHRU. Une enquête interne sur les faits reprochés à l'aide-soignante de 45 ans a orienté les soupçons vers des « comportements volontaires ».
 
Selon le quotidien, l'enquête de la Sûreté de Lille, ouverte à la suite d'une plainte déposée en février par la direction du CHRU de Lille, a mis au jour des faits concernant quatre ou cinq patients admis au service d'endocrinologie, tels qu'"une perfusion dévissée, une tubulure enlevée, une injection de produit inadapté".
 
"L'intention de ma cliente n'a jamais été de mettre fin à la vie des patients, d'attenter à leur vie ou à leur intégrité physique", a affirmé l'avocate de l'aide-soignante, Me Samia Khiter avant d'ajouter : "il y a eu des maladresses faites dans une ambiance de service particulière". Selon un proche du dossier cité par La Voix du Nord, « l'aide-soignante était en conflit avec la direction et des collègues. Le but de ces actes était semble-t-il de se venger en désorganisant le service et en créant un climat de suspicion. » « Il y avait des gestes que je ne pouvais plus faire. J'ai demandé de l'aide. On ne m'a pas entendue. On ne m'a pas soutenue », se défend l'aide-soignante dans les colonnes du quotidien nordiste.
 
Mise en examen vendredi soir pour tentative d'assassinat et d'empoisonnement, l'aide-soignante n'a pas été placée en détention provisoire, comme l'avait  requis le parquet. Cela "suppose que ma cliente ne  présente pas un état de dangerosité tel qu'on voudrait nous le faire croire", insiste l'avocate. Le placement sous contrôle judiciaire prévoit cependant que l'aide-soignante n'a pas le droit d'exercer son métier.  
 

Commenter cet article

  • celyna1963 : Cette aide soignante fait elle passer ses différents au détriment de la vie et de la santé des patients ? visiblement oui comme dit dans l'article en créant un climat de suspicion, lamentable !!!

    Le 28/05/2015 à 12h19

      Visitez la Station spatiale internationale avec Thomas Pesquet

      logAudience