En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Roms "chassés" à Marseille : Gaudin accusé "d'antitsiganisme"


le 29 septembre 2012 à 08h07 , mis à jour le 29 septembre 2012 à 10h36.
Temps de lecture
4min
Les Roms, qui s'étaient installés sur ce terrain de vague de Marseille, ont été obligés de fuir sous la menace des riverains. Ces derniers ont ensuite brûlé les restes de leur campement.

Les Roms, qui s'étaient installés il y a 4 jours sur ce terrain de vague de Marseille, ont été obligés de fuir sous la menace des riverains. Ces derniers ont ensuite brûlé les restes de leur campement. / Crédits : LCI

À lire aussi
Faits diversLe départ de familles roms d'un campement dans le nord de Marseille sous la pression de riverains hostiles à leur présence provoque un tollé. La voix des Roms s'en prend au maire de la ville.

La tension monte à Marseille, deux jours après le démentèlement d'un camp de Roms par des riverains jeudi soir . Et chacun d'y aller de sa version. "Il n'y a pas eu de chasse aux Roms", assure une source policière, qui précise que dimanche, des Roms s'étaient installés sur le terrain d'un chantier en construction de la cité des Créneaux (15e arrondissement). Selon la préfecture, la police est appelée sur les lieux par un habitant et un membre de la communauté rom, pour un différend opposant une trentaine de riverains aux occupants du campement, comprenant une quarantaine d'adultes et  une quinzaine d'enfants. Quand la police arrive, il n'y a pas d'affrontements, seulement des  invectives des jeunes du quartier et les Roms demandent spontanément à quitter  les lieux, "ce qui se passe sans incident jusqu'à 19H50" selon la police, qui  juge la situation normale et repart. 

Vers 22H00, le poste de commandement de la Sûreté départementale est  prévenu d'un incendie. Un équipage se rend sur place et constate qu'une surface  "d'environ 5 m2" sur le terrain abandonné "présente les traces d'un incendie" avec une carcasse de réfrigérateur et divers encombrants brûlés, selon la  préfecture. L'origine du feu fait l'objet d'une enquête judiciaire, selon le parquet.  Aucune interpellation n'a eu lieu, en l'absence de violences physiques. En fin d'après-midi, réagissant à l'évacuation, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a appelé dans un communiqué les "responsables politiques locaux et nationaux" à "n'instrumentaliser aucune situation". Selon le ministre, "il  appartient à chacun, et en premier lieu aux responsables politiques locaux et  nationaux, de n'instrumentaliser aucune situation".

Gaudin et les "milices"

La sénatrice socialiste Samia Ghali, maire des 15e et 16e arrondissements qui avait créé la polémique fin août en prônant un recours à l'armée dans les cités de Marseille pour lutter contre la criminalité, a précisé qu'elle  avait reçu, jeudi matin, la visite d'habitantes du quartier "excédées" par la  présence des Roms, qu'elles accusaient de cambriolages et de "tout salir". Interrogée à propos du geste prêté aux riverains, Mme Ghali a répondu: "Je ne le condamne pas, je ne le cautionne pas, mais je le comprends, quand les pouvoirs publics n'interviennent plus".

Le sénateur-maire (UMP) de  Marseille, Jean-Claude Gaudin, a estimé vendredi que les "propos insensés" de  l'élue fin août avaient fait que "les gens se croient eux-mêmes autorisés à  régler les problèmes". "On ne peut pas laisser se constituer des milices et laisser les gens  régler les problèmes d'ordre public, même si on peut comprendre que  l'exaspération est totale", a ajouté M. Gaudin. Il a précisé avoir "réussi, sans faire de bruit", à réduire le nombre de campements de Roms de 60 à 25. Le propriétaire du terrain occupé --le bailleur social de la cité-- avait  porté plainte jeudi pour des dégradations. "Cette affaire fait suite à des faits récurrents d'agression ou d'opposition entre les riverains et les occupants de campements illicites  depuis cet été", a souligné la préfecture.

"Un antitsiganisme partagé"

Le président de la Ligue des droits de l'Homme  (LDH) des Bouches-du-Rhône, Bernard Eynaud, a répondu qu'"on peut craindre le  pire" de l'attitude de la population envers les Roms, réclamant "une vraie mise  en oeuvre" de la circulaire interministérielle du 26 août. Celle-ci prévoit, au-delà d'un délai de flagrance de 48 heures, un dispositif de concertation destiné à accompagner les Roms dans l'attente d'une  décision judiciaire sur leurs campements. "Au lendemain de la réhabilitation par un leader de l'UMP de la notion  détestable de racisme anti-blanc, des habitants du nord de Marseille  ont cru devoir passer aux travaux pratiques directs", a déploré la LDH. "Dans un climat de violence et de stigmatisation envers une population,  climat aggravé par une politique qui ne met en œuvre que la fermeté, tout  laisse à craindre que cette initiative ne restera pas à un acte isolé",  s'inquiète pour sa part le Collectif Romeurope. Pour la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme),  "seuls la prise en compte de l'aspect social de la question et le respect de la  loi permettront un apaisement des tensions".

Samedi, l'association La voix des Roms a accusé Marseille Jean-Claude Gaudin et l'élue socialiste des quartiers nord Samia Ghali de partager le même "antitsiganisme". "A l'unisson, vous dites comprendre l'exaspération de ceux qui ont chassé les Roms. Vous voilà dans un antitsiganisme partagé qui dépasse les frontières, déjà floues et parfois superflues de vos partis respectifs", écrit l'association dans une lettre ouverte adressée au cours de la nuit de vendredi à samedi à Jean-Claude Gaudin et Samia Ghali. La voix des Roms accuse les deux élus d'"utiliser la même méthode politicienne de basse échelle et populiste". "Vous ne mesurez pas la gravité de vos propos", ajoute-t-elle.

Commenter cet article

  • kg067 : Le maire de Marseille devrait en premier lieu s'occuper des armes qui circulent librement dans sa ville.

    Le 01/10/2012 à 12h52
  • ababord : Ils sont européens et peuvent revenir facilement.

    Le 29/09/2012 à 20h20
  • 26581020 : En même temps, la France est tellement riche qu'ont les payent 300 ? pour qu'ils retournent dans leurs pays alors...

    Le 29/09/2012 à 19h56
  • axellume : Gaudin a tout a fait raison Bravo

    Le 29/09/2012 à 19h25
  • igor06 : Le nounours en peluche... abandonné sur la route... La photo qui illustre l'article a bien été choisie... pour faire pleurer dans les chaumières... Marre de cette démagogie journalistique.

    Le 29/09/2012 à 19h05
      Nous suivre :
      Le pire du foot

      Le pire du foot

      logAudience