En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Meurtre d'Agnès : reconstitution des faits au Chambon-sur-Lignon


le 22 juin 2012 à 08h57 , mis à jour le 22 juin 2012 à 14h16.
Temps de lecture
3min
La cour d'assises des mineurs de Haute-Loire a condamné Matthieu, 19 ans, à la réclusion criminelle à perpétuité pour le viol et l'assassinat en 2011 d'Agnès, 13 ans.

La cour d'assises des mineurs de Haute-Loire a condamné Matthieu, 19 ans, à la réclusion criminelle à perpétuité pour le viol et l'assassinat en 2011 d'Agnès, 13 ans. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
Faits diversUne reconstitution du meurtre d'Agnès, collégienne violée et tuée par un camarade en novembre 2011 aura lieu vendredi après-midi en présence du meurtrier présumé.

Une reconstitution du meurtre d'Agnès, collégienne violée et tuée par un camarade en novembre 2011 au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), aura lieu vendredi, en présence du meurtrier présumé, dans le bois où la jeune fille de 13 ans a été retrouvée. Les enquêteurs tenteront d'établir l'enchaînement des faits qui ont conduit au viol et au meurtre d'Agnès Marin, dont le corps a été retrouvé calciné deux jours après sa disparition dans une forêt située non loin du Collège-lycée cévenol du Chambon-sur-Lignon, où elle était interne.

Le meurtrier présumé, Mathieu, un autre interne de cet établissement, 17 ans au moment des faits, a avoué avoir violé et tué Agnès au moment de sa garde à vue, mais des détails restent flous. Au cours de la reconstitution, il devra reprendre pas à pas le chemin suivi jusqu'au drame.

Placé en détention provisoire depuis novembre 2011, le jeune homme avait déjà été mis en examen pour viol sur une mineure en août 2010 dans le Gard. Il avait ensuite effectué quatre mois de détention provisoire avant d'être placé sous contrôle judiciaire fin 2010.

Un procès à huis clos en 2013
 
Selon le quotidien Le Monde, le rapport d'un pédopsychiatre qui avait examiné le suspect suite à ce premier viol, expert près de la cour d'appel de Montpellier, considérait que cette personne n'était "pas dangereuse" et qu'il n'avait pas de "troubles à dimension perverse". Il avait exclu toute "psychopathie", soulignant qu'"un suivi en ambulatoire était suffisant". Depuis le drame du Chambon-sur-Lignon, il y a sept mois, Mathieu n'a semble-t-il jamais exprimé de regrets. Bien que mineur au moment des faits, il encourt la même peine qu'un majeur, la réclusion à perpétuité.

Deux juges ont été saisis dans le cadre de l'information judiciaire ouverte pour assassinat et viol sur mineure de moins de 15 ans. Ils devraient clore l'instruction d'ici quelques mois et le suspect pourrait être renvoyé devant la cour d'assises des mineurs de Haute-Loire. Le procès pourrait se dérouler en 2013 et à huis clos.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Voici à quoi pourraient ressembler les Champs-Elysées en 2025

      Voici à quoi pourraient ressembler les Champs-Elysées en 2025

      logAudience