En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Meurtre des femmes gendarmes : sur internet, la colère bout


le 19 juin 2012 à 07h27 , mis à jour le 19 juin 2012 à 07h29.
Temps de lecture
3min
Capture écran d'un forum de gendarmes, celui de l'association Gendarmes et Citoyens (19 juin 2012)

Capture écran d'un forum de gendarmes, celui de l'association Gendarmes et Citoyens (19 juin 2012) / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
Faits diversMatériel insuffisant ou mal entretenu, appels à fermer les gendarmeries en signe de deuil : faute de représentants syndicaux, c'est sur internet, et de manière anonyme, que de nombreux gendarmes expriment leur colère.

Les morts d'Alicia Champlon, adjudante de 29 ans, dont le compagnon est gendarme à Salon-de-Provence, et d'Audrey Berthaut, maréchal des logis-chef de 35 ans, mère de deux filles, ont représenté un événement sans précédent dans l'histoire de la gendarmerie - et un choc pour tous les gendarmes. Mais au contraire des policiers, les gendarmes n'ont pas de représentants syndicaux - personne susceptible de porter leur voix et d'exprimer ce choc ressenti. Du fait de leur statut de militaires, ils sont tenus à la stricte obligation de réserve. C'est donc dans l'anonymat, et en bonne partie sur internet, à travers des forums, qu'ils évoquent l'événement depuis le début de la semaine. 

Sur celui de l'association Gendarmes et Citoyens, qui anime un site internet auquel participent de nombreux gendarmes anonymes en activité ou en retraite, plus de 100 messages ont été diffusés, et des blogs de gendarmes ont aussi été largement consacrés à cette affaire.

Un bandeau "Gendarmerie en deuil"

La plupart des internautes insistent sur les conditions de travail et le fait de savoir si des patrouilles à deux sont "adaptées à la situation". "Pas assez de matériel sur le terrain, pas assez de personnel, des moyens radio tout pourris, des véhicules dans un sale état", témoigne l'un d'eux, tandis qu'un autre se demande si la "direction (de la gendarmerie) va relayer nos problèmes auprès du gouvernement".

Certains avancent la possibilité de fermer "en signe de deuil" les gendarmeries en France le jour des obsèques ou de porter en permanence un brassard noir. Certains ont émis l'idée de mettre sur les véhicule de gendarmerie un bandeau portant l'inscription "Gendarmerie en deuil".

L'Union nationale du personnel en retraite de la gendarmerie (UNRPG) et son mensuel d'expression, L'Essor de la gendarmerie, ont déclaré lundi dans un communiqué que "cette tragédie met l'accent sur la nécessité de disposer des moyens suffisants pour assurer une surveillance continue sur toute l'étendue du territoire". L'UNRPG (45.000 adhérents) et L'Essor (35.000 lecteurs) constituent le plus important canal de réaction ou de revendication des 100.000 gendarmes français. Ils n'ont pas fait écho officiellement à cette poussée de fièvre sur internet.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Grande-Bretagne : la reine Elizabeth tweet pour la première fois

      Grande-Bretagne : la reine Elizabeth tweet pour la première fois

      logAudience