En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Miracle lors d'un crash aérien près de Castres


le 23 septembre 2012 à 12h35 , mis à jour le 23 septembre 2012 à 12h37.
Temps de lecture
3min
Un avion "Cheyenne III" en plein vol (archives)

Un avion "Cheyenne III" en plein vol (archives) / Crédits : DR

À lire aussi
Faits diversLe pilote d'un petit avion de tourisme, moniteur d'aviation, et ses deux élèves, sont sortis miraculeusement indemnes samedi du crash de leur monomoteur dans une forêt près de Castres.

Les gendarmes de Roquecourbe, localité située à 10 km au nord-est de Castres, n'en sont toujours pas revenus. "Nous les avons vu arriver sans une égratignure à midi à bord d'une voiture qui les avaient pris en stop. Nous nous sommes rendus avec eux sur les lieux de l'accident et nous avons trouvé l'appareil suspendu dans les arbres presqu'à la verticale". Les trois occupants de cet appareil ainsi retrouvé à mi-chemin entre ciel et terre, bloqué dans sa chute par des arbres, ont eu beaucoup de chance : pas plus le pilote, moniteur d'aviation, que ses deux élèves, n'ont subi la moindre blessure lors de l'accident survenu samedi dans une forêt près de Castres.

Mais comment expliquer ce crash sans victime ? Selon le quotidien La Dépêche du Midi, qui a évoqué l'histoire dimanche, les trois occupants, "de l'école ESMA Aviation Company de Montpellier, venaient de quitter l'aérodrome d'Albi et volaient au-dessus du pays castrais" au moment de l'accident. L'avion est tombé dans une zone escarpée du massif du Sidobre, non loin d'une route.

Comment le pilote a limité les dégâts

La suite est racontée par les gendarmes de Roquecourbe : l'un d'eux souligne que "face à une perte de puissance moteur, le pilote a réussi à garder une bonne trajectoire" et qu'il "a touché la cime des arbres en feuille morte avec une vitesse de seulement 50 noeuds (environ 90 km/h) avant de s'enfoncer". L'appareil est alors resté bloqué dans sa chute par les branches. Plus de peur que de mal pour ses occupants, qui n'ont plus eu qu'à s'extraire de la carlingue... et à trouver un autre moyen de transport.

Toujours selon la gendarmerie de Roquecourbe, l'équipage a pu rentrer le soir même à Montpellier, et toujours en avion car "un appareil bimoteur de leur aéroclub est venu les prendre en charge sur l'aérodrome de Castres". Une enquête du BEA (Bureau enquête analyses) de l'avion civile a débuté pour se pencher sur l'avarie moteur et déterminer les causes de l'accident.

Commenter cet article

  • sophie.l54 : Faut qu'ils jouent au Loto!

    Le 23/09/2012 à 21h49
  • bene4975 : Et comment ils récupèrent la carlingue ?

    Le 23/09/2012 à 19h57
  • nezdeboeufs : Aérodrome de loisir subventionné par nos impôts, hé oui un avion de loisir consomme 50 litres par heure sans pot catalytique, y en a marre de cette pollution

    Le 23/09/2012 à 18h59
  • hawaiki0689 : Sur la photo on peut lire que c'est une photo d'archives, donc pas l'avion en question !

    Le 23/09/2012 à 18h57
  • sylvainv17 : L'article parle d'un monomoteur et la photo est celle d'un bimoteur ....

    Le 23/09/2012 à 17h00
      Nous suivre :
      "Il n'y a plus rien" : l'émotion d'un proche de victimes sur les lieux du crash

      "Il n'y a plus rien" : l'émotion d'un proche de victimes sur les lieux du crash

      logAudience