En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Affaire Merah

Mort de Mohamed Merah : "d'où viennent ces prétendues vidéos" ?


le 13 juin 2012 à 11h29 , mis à jour le 13 juin 2012 à 12h55.
Temps de lecture
3min
En trois expéditions, Mohamed Merah a assassiné sept individus dont trois enfants et fait six blessés.

En trois expéditions, Mohamed Merah a assassiné sept individus dont trois enfants et fait six blessés. / Crédits : DR

À lire aussi
Faits diversAprès les accusations portées par l'avocate algérienne du père du "tueur au scooter", la police fait part de ses doutes sur l'existence de vidéos accréditant la thèse d'une "manipulation". Ces fameux enregistrements n'ont pas été diffusés, et la justice française voudrait pouvoir les visionner.

Quels contacts entretenaient les renseignements français avec Mohamed Merah avant les tueries de Montauban et Toulouse ? L'avocate algérienne de son père affirme détenir deux vidéos, réclamées par la justice française, qui prouveraient que le "tueur au scooter" a été manipulé. Elle se dit prête à les remettre au Parquet de Paris si elle en reçoit la demande officielle. 

Ces enregistrements, qui n'ont pas été rendus publics, auraient été réalisés par Mohamed Merah lui-même au moment où la police assiégeait son appartement toulousain. Mais la manière dont ces vidéos ont pu parvenir au père de Mohamed Merah suscite le soupçon sur leur authenticité. La police doute aujourd'hui ouvertement qu'elles aient pu être tournées par le "tueur au scooter" avant l'assaut de son appartement par le Raid. Et les enquêteurs font part de leurs "plus grandes réserves".

"Merah n'avait ni téléphone portable, ni ordinateur, ni appareil photo" lorsque les membres du Raid l'ont découvert, affirment des sources policières. "Si Merah avait été en possession d'appareils enregistreurs, ils auraient dû être saisis après sa mort lors des constatations sur place", ajoutent ces sources. Or, rien de semblable n'a été saisi. Dès lors, soulignent-elles, "d'où viennent ces prétendues vidéos, par quelles voies ont-elles été obtenues et qui lui aurait fourni un téléphone portable pour se filmer ? C'est matériellement très difficile à expliquer".

La justice veut voir les vidéos

Mardi, le quotidien algérien Echourouk a publié une traduction en arabe des conversations présumées entre Mohamed Merah et des policiers lors du siège qui fut fatal au tueur, une transcription qui a été authentifiée par la défense de la famille du tueur. Selon le quotidien, l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban aurait affirmé avoir découvert durant ce siège qu'un homme qu'il croyait être son ami était en fait une "taupe", un agent des services français qui l'aurait manipulé, l'incitant notamment à partir en Irak, au Syrie et au Pakistan.

L'avocate française Isabelle Coutant-Peyre, qui assiste l'avocate algérienne de la famille Merah, Me Zahia Mokhtari, a confirmé la substance du contenu des documents. "Je confirme que, mis à part le choix des mots par le traducteur, (cette transcription) est identique" à celle dont elle dit avoir eu connaissance, a-t-elle déclaré. A Alger, l'avocate Zahia Mokhtari, qui a toujours évoqué l'existence de deux vidéos en possession du père de Mohamed Merah, a déclaré qu'Echourouk avait "publié la transcription des vidéos faite par des juristes", sans plus de précisions quant à leur origine.

Le parquet de Paris a annoncé mardi avoir demandé communication de ces enregistrements vidéo, alors que Me Mokhtari affirme que les enregistrements en possession de la famille, outre ces suspicions de "manipulation", apportent la preuve de "la liquidation" de Mohamed Merah. Le père de Merah, Mohamed Benallel Merah, résidant en Algérie, a pour sa part déposé plainte lundi pour "meurtre" contre la hiérarchie de la police française ayant donné l'ordre de lancer l'assaut au cours duquel son fils a été tué.  

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Griezmann, Evra, Debuchy : mercato chez les Bleus

      Griezmann, Evra, Debuchy : mercato chez les Bleus

      logAudience