En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Il a menacé des clients : du sursis pour un armurier


le 03 juillet 2012 à 16h23 , mis à jour le 03 juillet 2012 à 16h33.
Temps de lecture
3min
La justice

Justice, tribunal / Crédits : Creatas Images / Thinkstock

À lire aussi
Faits diversUn armurier, exerçant dans la banlieue orléanaise, a été condamné mardi à quatre mois de prison avec sursis pour avoir menacé d'un fusil trois clients qu'il accusait à tort d'avoir dérobé sa caisse.

Un armurier de la banlieue d'Orléans, poursuivi pour avoir menacé d'un fusil trois clients qu'il soupçonnait à tort d'avoir volé le contenu de sa caisse, a été condamné à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel d'Orléans, a indiqué mardi une source judiciaire.

Le 12 juillet 2011, deux hommes, dont un agent de sécurité et une femme entrent dans la boutique, située à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin près d'Orléans, pour y acheter un gilet pare-balles. Après réflexion ils décident de se contenter d'une bombe lacrymogène. Au moment d'ouvrir son tiroir-caisse, l'armurier découvre qu'il est vide. Il soupçonne immédiatement les trois clients et selon ces derniers, il ferme la boutique à clé, les menace avec un fusil de chasse et les palpe. Le commerçant affirme de son côté qu'il les a simplement maintenus en respect, sans aucune violence. L'armurier appelle ensuite son épouse: elle lui explique que c'est elle qui a pris le contenu de la caisse.

Le commerçant, âgé de 52 ans, s'est confondu en excuses et pensait être quitte en offrant la bombe lacrymogène aux trois clients. Ceux-ci ont néanmoins porté plainte, et obtenu des indemnités allant de 2.000 à 3.000 euros. Lors de l'audience fin juin, le procureur avait réclamé une interdiction d'exercer la profession d'armurier pendant deux ans. Dans son délibéré, rendu lundi, le tribunal ne l'a pas suivi et a condamné le commerçant à quatre mois de prison avec sursis sans interdiction d'exercer. L'armurier a immédiatement annoncé son intention de faire appel.
 

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Les chiens ont eux aussi leur compétition de surf !

      Les chiens ont eux aussi leur compétition de surf !

      logAudience