En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Fusillade de Lille : le principal suspect toujours en fuite


le 02 juillet 2012 à 05h55 , mis à jour le 02 juillet 2012 à 11h52.
Temps de lecture
4min
La fusillade mortelle a eu lieu dans cette discothèque de Lille réputée calme le 1er juillet 2012

La fusillade mortelle a eu lieu dans cette discothèque de Lille réputée calme le 1er juillet 2012 / Crédits : AFP PHOTO/FRANCOIS LO PRESTI

À lire aussi
Faits diversUne information judiciaire pour "assassinat" a été ouverte à la suite des coups de feu tirés contre une discothèque de Lille qui ont fait deux morts et six blessés. Le tireur présumé et son complice pourraient avoir fui en Belgique.

Lundi, l'auteur présumé de la fusillade qui a fait deux morts et six blessés devant une discothèque de Lille dans la nuit de samedi à dimanche était toujours introuvable tout comme son complice. Le point sur les derniers éléments. Une information judiciaire pour assassinat a été ouverte.
 
Deux hommes introuvables. Ils pourraient avoir fui vers la Belgique. Un signalement des deux hommes a été diffusé auprès des policiers belges, alors que les forces de police en France "restaient toujours extrêmement mobilisées". "Il existe de fortes suspicions pour que cet homme ait déjà fui en Belgique. Déjà parce que c'est un grand classique pour les délinquants de tenter de passer la frontière belge. Et ensuite, parce que nous possédons des informations sûres nous laissant penser qu'il possède une résidence en Belgique", a indiqué a déclaré Benoît Lecomte, du syndicat de police Alliance. "Après, il est aussi possible que l'homme cherche à s'enfuir encore plus loin, en Afrique par exemple", a-t-il ajouté.
 
Le principal suspect connu des services de police. Identifié par des témoins, le suspect principal est âgé de 32 ans et résidait à Tourcoing (Nord). Il s'est enfui à bord d'un véhicule, conduit par un complice. "Le signalement de l'auteur présumé des coups de feu a déjà été largement diffusé. Il est très défavorablement connu des services de police et a déjà été condamné" à plusieurs reprises, a indiqué le procureur de Lille, Frédéric Fèvre. Selon Benoît Lecomte, du syndicat de police Alliance, le suspect "a déjà fait plusieurs séjours en prison pour des vols simples, des trafics de stupéfiants, abus de confiance, violences".
 
Son complice présumé identifié. "Il s'agit bien d'un homme. Il était déjà connu des services de police, mais pour des faits de moindre importance que le suspect principal", a indiqué une source proche de l'enquête. Elle précise qu'il "est bien complice des faits, mais son implication est plus légère (..), puisqu'il n'aurait joué que le rôle de chauffeur du tireur, qui est bien seul à avoir fait feu", a-t-il été ajouté.
 
L'enquête se poursuit. Les auditions de témoins devaient se poursuivre lundi, et une autopsie des deux victimes devrait être pratiquée "très rapidement", a précisé une source proche de l'enquête.
 
Une arme de "type kalachnikov". Selon les premiers éléments de l'enquête, le suspect a ouvert le feu vers 3 heures du matin avec une arme de guerre "de type kalachnikov", depuis l'extérieur de la discothèque "Theatro", après en avoir été éconduit une première fois par le videur.
 
Deux morts. Les deux personnes décédées sont une employée de 26 ans qui tenait le vestiaire, situé à l'entrée de la boîte de nuit, et un client de 27 ans, qui s'apprêtait à quitter l'établissement. Six autres personnes, dont le physionomiste de l'établissement et des clients - quatre hommes et une femme d'une vingtaine d'années - ont été blessées par balles au tibia, au pied, au mollet et au dos. Leurs jours ne sont plus en danger, a confirmé le procureur de Lille. Six autres personnes ont également été hospitalisées pour "traumatisme psychologique".
 
Une discothèque réputée calme. Située en plein centre de Lille, cette discothèque, dont l'accès est gratuit, est réputée calme et spécialisée dans le RnB. "On était sur la piste de danse quand on a entendu une détonation. Il y a eu un gros mouvement de foule. Tout le monde s'est précipité vers le côté de la grande salle", avant d'être d'évacués plus tard, a raconté à l'AFP Jérémy, 26 ans. "J'ai d'abord cru que c'était un pétard. Je suis allé à l'entrée voir ce qui se passait et j'ai vu une personne étendue par terre baignant dans une mare de sang", a-t-il poursuivi. "Il a juste tué comme ça, gratuitement. Là, on a imaginé la tuerie de Columbine", aux Etats-Unis, a déclaré Eileen, 28 ans.
 
La condamnation de Manuel Valls. La maire de Lille, Martine Aubry, a fait part de son "effroi" quelques heures après la "tuerie", demandant que "tout soit mis en oeuvre pour que le tireur soit interpellé au plus vite". Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a "condamné fermement ces faits graves, qui mettent en jeu la circulation et l'usage d'armes de guerre sur le territoire national".
 

En vidéo, le sujet diffusé dans le Jt de 20h

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Crash du MH17 : une bagarre éclate au Parlement ukrainien

      Crash du MH17 : une bagarre éclate au Parlement ukrainien

      logAudience