En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Perpignan : le coup de folie d'un collégien de 14 ans

Edité par
le 15 janvier 2013 à 11h15 , mis à jour le 15 janvier 2013 à 11h42.
Temps de lecture
3min
professeur, élève

Image d'archives / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Faits diversArmé d'un cutter et d'un compas, Yann, élève de 4e, a semé la panique vendredi dans un collège de Perpignan. Mardi, les professeurs de l'établissement ont décidé de débrayer pour réclamer notamment davantage de personnel encadrant.

Que s'est-il passé dans la tête de Yann, 14 ans ? Vendredi, cet élève du collège Saint-Exupéry de Perpignan a été pris d'un accès de violence dans l'enceinte de l'établissement, menaçant avec un compas notamment certains de ses camarades.

Les faits se sont produits en début d'après-midi. Les cours viennent de reprendre quand Yann, en classe de 4ème s'empare d'un compas et d'un cutter. Et menace un professeur et des camarades de ces objets tranchants. Selon le récit de l'Indépendant, journal qui révèle cette affaire, l'adolescent saisit ensuite un extincteur pour frapper les murs et arroser un couloir de l'établissement. Il sera finalement maîtrisé par des surveillants et arrêté par la police. Les circonstances ayant déclenché ce coup de folie n'étaient pas claires pour le moment. Selon certains médias, Yann n'aurait pas apprécié d'être surpris en train de fumer dans l'enceinte du collège.

"Il a été laissé à l'abandon cet enfant"

Connu des services sociaux depuis 2004, il était normalement scolarisé malgré des précédents mais de moindre importance, selon Dominique Beck, le directeur d'académie des Pyrénées-Orientales interrogé par France 3 Languedoc-Roussillon. "Il n'était pas là dans ce collège depuis longtemps, raconte Xavier, professeur de français interrogé par TF1 News. Il était arrivé en novembre après avoir été exclu d'un autre établissement. Il présentait un profil assez dangereux et imprévisible sans qu'on sache vraiment de quoi il en retournait."

Choqués par cet événement, les professeurs du collège ont décidé de débrayer ce mardi. "Cet élève est revenu lundi devant l'établissement alors qu'on nous avait dit qu'il avait été placé dans un institution spécialisée", explique Xavier. S'exprimant au nom de tous les professeurs, il insiste sur le fait que cet événement est "un acte isolé". "Ici, ce n'est pas le Far-West, explique le prof de français. Ce collège est calme d'ordinaire, tout s'y passe bien, nous avons 85% de réussite au brevet. Nous avons vraiment été surpris de ce qui s'est passé".

Les professeurs devaient rencontrer mardi en fin de matinée le directeur d'académie des Pyrénées-Orientales. Objet de la réunion : savoir ce qui va être fait pour cet élève, demander une cellule psychologique et davantage de personnel encadrant. Sur RTL mardi, le père de Yann a décidé de contacter les victimes pour s'excuser. "Y a longtemps qu'on aurait pu éviter cela, a-t-il déploré. Si on l'avait aidé (...) Il a été laissé à l'abandon cet enfant".

Commenter cet article

  • kotomie : Pas faux

    Le 31/01/2013 à 08h42
  • louischom : Ne jugez pas "trop vite", c'est un leitmotiv, mais beaucoup restent sourds à la souffrance des parents de certains enfants "turbulents" puis violents!

    Le 16/01/2013 à 12h23
  • perth182 : @ancien-nicois: vous êtes bien le seul que ça ne choque pas !!!

    Le 16/01/2013 à 10h42
  • ancien-nicois : Non

    Le 16/01/2013 à 10h05
  • bobotte71 : Discrimination : eh oui , moi cela me choque que l'on donne le prénom de quelqu'un dés que celui-ci est français.Pas vous ?

    Le 16/01/2013 à 07h55
      Nous suivre :
      Sur LCI, clash entre Maurice Ulrich (L'Huma) Julien Rochedy (FN)

      Sur LCI, clash entre Maurice Ulrich (L'Huma) Julien Rochedy (FN)

      logAudience