En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Plus de la moitié des détenus condamnés récidivent


le 14 octobre 2011 à 18h15 , mis à jour le 14 octobre 2011 à 18h32.
Temps de lecture
3min
prison couloir cellule

Crédits : LCI

A lire aussi
Faits diversEn moyenne, 59% des détenus récidivent dans les cinq ans de leur libération, selon une étude de deux chercheurs du ministère de la Justice. Un taux qui passe à 74% pour les auteurs de vols ou de coups et blessures volontaires.

L'étude, réalisée par deux chercheurs du ministère de la Justice, a porté sur 7.000 dossiers de détenus libérés entre juin et décembre 2002.  Il en ressort que 59% d'entre eux ont été recondamnés dans les cinq ans suivant leur remise en liberté.   Pour 46 % d'entre eux, il s'agit d'une peine de prison ferme, détaillent Annie Kensey et Abdelmalik Benaouda, du bureau des études et de la prospective de l'Administration pénitentiaire dans leur travail.

Le taux de récidive varie selon la nature de la peine initiale : les trois quarts des condamnés pour vol (74%) ou coups et blessures volontaires (76%) écopent d'une nouvelle condamnation dans les cinq ans contre 19% des auteurs de viol sur mineur, ces derniers n'écopant d'une peine de réclusion criminelle que dans 0,6% des cas. Les taux de recondamnation ou de prison ferme augmentent fortement dans les premiers mois après la sortie de prison et les trois quarts des recondamnés (76%) l'ont été dans les 2 ans, notent les auteurs.

Les mineurs très exposés

Les mineurs sont particulièrement exposés : les trois quarts ont écopé d'une nouvelle condamnation dans les cinq ans. Les femmes (34%) sont deux fois moins recondamnées que les hommes (60%). Les personnes qui se déclarent mariées sont moins recondamnées que celles qui  sont dans une autre situation (38% contre 61%). "Le taux de recondamnation des libérés de nationalité étrangère est moins élevé que celui des libérés de nationalité française. Cependant, pour les étrangers la connaissance du casier judiciaire est moins certaine", selon l'étude.

Autres enseignements : les condamnations antérieures, la durée de la peine  prononcée et son mode d'exécution influent nettement sur la récidive. "Les libérés qui avaient des condamnations antérieures à celle qui a motivé la détention achevée en 2002, ont un taux de recondamnation deux fois plus élevé que ceux qui n'avaient que cette condamnation : 70% contre 34%". Lorsque la nouvelle condamnation est une peine de 5 ans et plus, les taux de récidive sont moins élevés que ceux des libérés condamnés à des peines plus courtes. Enfin les risques de recondamnation des libérés n'ayant bénéficié d'aucun aménagement de peine demeurent 1,6 fois plus élevés que ceux des bénéficiaires d'une libération conditionnelle dont le taux de recondamnation est évalué à 39%.  

Commenter cet article

  • .breizh : Disons que quand il ressort il va retrouver la même galère qu ' avant qu ' il y soit rentré ... un perpétuel recommencement .....à ce niveau ce n ' est plus de la récidive mais plutôt de la lassitude !

    Le 15/10/2011 à 05h15
  • .breizh : Si , qu ' il n y a pas que des bonnes maisons de retraite en France . dites moi laquelle que c ' est afin de le signaler au autorités compétentes .

    Le 15/10/2011 à 04h59
  • micky06 : J'ai jamais dis qu'ils votaient ou pas (ils le peuvent d'ailleurs) mais si il font des rap contre Sarkozy (en 2007, avant les élection biensure) ou contre Marine c'est qu'ils ont un avis politique et ça rejoint ce que je dis.

    Le 15/10/2011 à 02h24
  • chbeuu59 : C'est gens là ne vote pas ...

    Le 15/10/2011 à 01h47
  • 421123 : Les peines sont donc trop légères, il faut DURCIR.

    Le 15/10/2011 à 01h42
      Nous suivre :
      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      logAudience