En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

"Pour ne pas t'oublier Pat"

Edité par
le 14 février 2012 à 11h48 , mis à jour le 14 février 2012 à 15h31.
Temps de lecture
3min
Dans la campagne enneigée et sous un ciel bas, environ 250 personnes ont mis leur pas dans ceux de Patricia Bouchon derrière une banderole blanche promettant: "Pour ne pas t'oublier Pat'".

Dans la campagne enneigée et sous un ciel bas, environ 250 personnes ont mis leur pas dans ceux de Patricia Bouchon derrière une banderole blanche promettant: "Pour ne pas t'oublier Pat'". / Crédits : AFP

À lire aussi
Faits diversLes proches de Patricia Bouchon, tuée il y a un an lors de son jogging matinal, ont marché mardi à Bouloc à sa mémoire. Le meurtrier de cette mère de famille de 49 ans n'a toujours pas été arrêté.

Ils ont refait dans le froid le chemin qu'elle a emprunté avant d'être tuée. Les parents et voisins de Patricia Bouchon ont refait mardi dans le froid, à Bouloc (Haute-Garonne), le parcours qu'effectuait cette mère de famille lors de son dernier jogging matinal. C'était il y a un an.
 
Dans la campagne enneigée et sous un ciel bas, environ 250 personnes ont mis leur pas dans ceux de Patricia Bouchon, dans un silence solennel, derrière une banderole blanche promettant: "Pour ne pas t'oublier Pat'". Roses blanches à la main, ils ont achevé leur marche sur le petit chemin où le drame s'est probablement noué avant le lever du jour le 14 février 2011.
 
"Il y a quelqu'un dehors qui est dangereux"
 
La fille de Patricia Bouchon, Carlyne, 27 ans, a exprimé l'espoir que, "peut-être, cela déclenche de nouveaux souvenirs et que cela nous apporte de nouveaux témoignages" décisifs pour l'enquête. Dans cette petite localité, dont les 4.000 habitants ont changé leurs habitudes depuis le crime, et ailleurs, elle voulait aussi "sensibiliser les gens pour qu'ils fassent attention, il y a quand même toujours quelqu'un dehors qui est dangereux".
 
Un an après en effet, le meurtrier n'a toujours pas été identifié malgré un effort d'investigations jamais relâché, des centaines d'auditions et plus d'une dizaine de gardes à vue ayant été effectuées. Patricia Bouchon, 49 ans, a disparu le 14 février 2011 dans ce bourg habituellement jusqu'alors tranquille à 20 km au nord de Toulouse. Elle avait l'habitude de courir chaque matin avant le lever du jour, avant d'aller travailler à Toulouse comme secrétaire dans un cabinet d'avocats. Son cadavre a été localisé le 29 mars suivant à Villematier, à dix kilomètres de chez elle, dans un fossé rempli d'eau. Elle avait un gant en latex enfoncé dans la gorge et avait reçu de nombreux coups, dont certains mortels lui avaient brisé les vertèbres cervicales et le crâne.

Commenter cet article

  • claude4472 : Faudrait-il encore que la police fasse son boulot correctement et que la justice ne soit pas aussi laxiste

    Le 14/02/2012 à 18h05
  • totof42 : Le plus grand regret est que malheureusement on ne retrouve pas cette bête enragée!!! Ce cas n'étant d'ailleurs pas unique, je pense notamment à d'autres joggeuses et ce jeune alexandre junga!! Quels malheurs, quelles atrocités, quelles barbaries, quelles boucheries....

    Le 14/02/2012 à 17h10
      Nous suivre :
      Yannick Agnel de retour en France : "La méthode américaine ne me convenait pas vraiment"

      Yannick Agnel de retour en France : "La méthode américaine ne me convenait pas vraiment"

      logAudience