En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Prise d'otages de Dijon : le forcené avait tendu un "guet-apens"


le 07 août 2012 à 14h30 , mis à jour le 07 août 2012 à 16h24.
Temps de lecture
3min
Des policiers sont postés à proximité d'une maison où un homme armé, âgé d'une trentaine d'années, retient à son domicile les parents de son ex-concubine à Dijon
A lire aussi
Faits diversL'homme de 28 ans qui a séquestré les parents de son ex-concubine avant de tuer sa belle-mère puis de se suicider lundi soir à Dijon leur avait, selon le procureur, tendu un guet-apens en leur demandant de venir chez lui récupérer ses affaires.

"On peut penser que c'est une forme de guet-apens", a déclaré ce mardi le procureur de la République de Dijon, Eric Lallement. A l'arrivée du couple, il les a en effet pris en otages et brièvement ligotés avec un puissant lien en plastique, selon les premières déclarations du beau-père. Il a exigé que celui-ci joigne sa fille par téléphone pour la faire venir. Alarmée, celle-ci a aussitôt alerté les forces de l'ordre. L'équipe de police dépêchée sur place à 15H38 a été accueillie par un avertissement lancé depuis l'appartement: "si vous avancez vous êtes morts", aussitôt suivi par une détonation, correspondant au meurtre sans sommation de la belle-mère de 53 ans, avec une arme de chasse de calibre 16.

"C'est ce coup de feu qui a provoqué la mort de la victime", tuée sur le coup par une balle l'ayant atteinte à la base du cou, a expliqué le procureur. Son mari s'est alors précipité sur l'agresseur, "grand et athlétique", et une bagarre s'en est suivie au cours de laquelle le preneur d'otages lui a cassé le fusil sur la tête, "provoquant un traumatisme crânien" et une "importante perte de sang", a ajouté le magistrat. Retrouvé en état de choc et hospitalisé, cet homme de 55 ans n'a pu être entendu que très brièvement par les enquêteurs dans l'ambulance.

 

Un acte prémédité

 

Selon le procureur, le tireur "s'est ensuite réfugié dans le séjour, à l'étage inférieur", où quelques heures plus tard, "il s'est tiré une balle dans la bouche avec une carabine. Le forcené portait "autour de la taille une ceinture de cartouches de calibre 16", accréditant la thèse d'"une certaine préméditation". Il avait donné rendez-vous à ses ex-beaux parents qui souhaitaient récupérer des affaires que leur fille n'osait pas aller chercher elle-même, à la suite de leur rupture difficile en juin. Ils s'étaient rencontrés fin 2008, quelques mois après la libération du jeune homme, condamné à 18 mois de prison, dont six avec sursis, pour violences sur sa précédente compagne.

"Il y a eu un huis-clos total entre le moment de la mort de la victime et le suicide", a observé M. Lallement, selon lequel "le père resté dans la chambre n'entendait plus rien et ne savait pas ce qui se passait". Lorsque les hommes du Groupe d'intervention de la police nationale (GIPN), appelé en renfort, ont pénétré vers 22H30 dans l'appartement, ils ont découvert les deux corps et le père prostré.

Lire aussi Deux morts suite à la prise d'otages à Dijon

Prise d'otage, le Procureur parle de préméditation

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      logAudience