En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Sarkozy revient en Corse sous sa double casquette


le 12 avril 2012 à 13h35 , mis à jour le 13 avril 2012 à 10h20.
Temps de lecture
3min
Claude Guéant et Nicolas Sarkozy

Claude Guéant et Nicolas Sarkozy/Image d'archives / Crédits : ABACA

A lire aussi
Faits diversLe chef de l'Etat candidat à un second mandat se rend sur l'île de Beauté ce vendredi. Accompagné des ministres de l'Intérieur et de la Justice, Claude Guéant et Michel Mercier, il présidera une réunion sur "le thème de la sécurité".

C'est sa quatrième visite sur l'île de Beauté depuis son élection. Sous sa double casquette de chef de l'Etat et de candidat à un second mandat Nicolas Sarkozy se rend ce vendredi en Corse avec promet-il, des propositions pour assurer le soutien de la communauté nationale à l'île. Première étape de cette visite : une réunion en début d'après-midi une réunion sur le thème de la sécurité à la préfecture d'Ajaccio, avec les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Claude Guéant et Michel Mercier.
 
La Corse est régulièrement le théâtre de faits divers sanglants, qu'ils soient le fait de nationalistes ou relèvent de la criminalité ordinaire. Un restaurateur grièvement blessé le week-end dernier par l'explosion d'une bombe près du commissariat d'Ajaccio, a succombé lundi à ses blessures. Une semaine avant, une tentative d'attentat à l'explosif contre la sous-préfecture de Corte avait déjà fait craindre un regain de violence indépendantiste après une accalmie relative. L'ancien dirigeant nationaliste Joseph Sisti et son beau-frère Jean-Louis Chiodi ont été abattus dimanche près d'Aléria, en Haute-Corse. Une salle de prière musulmane a par ailleurs été détruite partiellement par un incendie d'origine criminelle dans la nuit de dimanche à lundi à Ajaccio.
 
"Il n'y aura pas de tolérance vis-à-vis de la violence"
 
Dans une interview à l'hebdomadaire La Corse, Nicolas Sarkozy défend néanmoins son bilan, tant comme ministre de l'Intérieur, entre 2002 et 2007, que comme chef de l'Etat. "Mille trois cents interpellations ont été conduites et le nombre d'attentats a été divisé par quatre en dix ans", dit-il. "Malgré cette action extrêmement déterminée, la Corse subit encore des actes de violence inacceptables (...) Il n'y aura pas de tolérance à avoir vis-à-vis de la violence." La violence n'est pas la seule plaie de la Corse, où le taux de chômage atteignait 9,6%, un taux légèrement au-dessus du taux national.
 
Deuxième étape de cette visite : la visite d'une conserverie pour laquelle Nicolas Sarkozy reprendra sa casquette de candidat. Il présidera ensuite une réunion publique et fera un discours au Palais des congrès d'Ajaccio. "L'État doit continuer à bâtir avec la Corse une relation de confiance et d'espérance. Cela passe par des avancées très pragmatiques que je proposerai aux Corses vendredi à Ajaccio", dit-il dans la même interview. "Je suis conscient que la Corse, compte tenu de l'insularité et d'un développement économique qui reste à conforter, doit continuer à faire l'objet d'un soutien particulier de la communauté nationale", ajoute-t-il.
 
Il estime notamment que la Corse doit pouvoir accéder à une énergie "sûre et propre" avec un objectif : alimenter les centrales thermiques de l'île en gaz naturel. Il se déclare par ailleurs ouvert à toutes les propositions qui favoriseront la diffusion de la langue corse dans la vie sociale. Mais il se dit opposé, en tant que "garant de l'unité de la République", à ce que le corse remplace le français dans les textes officiels et aux guichets des services publics.
 
Lors de l'élection présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy était arrivé en tête du premier tour avec 37% des suffrages, devant la candidate socialiste Ségolène Royal (33,5%). Au second tour, il l'avait emporté avec plus de 60% des voix.

Commenter cet article

  • annie_59 : Aller nico nous sommes avec vous haut les coeur

    Le 13/04/2012 à 17h33
  • look165 : Peut-être avez-vous remarqué, mais il n'a pas participé ACTIVEMENT au dépôt de la gerbe. Problème lombaire ou politique ?

    Le 13/04/2012 à 17h10
  • bronwen : Il enfourche son dada préféré et psalmodie les mêmes antiennes pour agiter les peurs ancestrales sur lesquelles il compte bâtir sa réelection. Sécurité , sécurité, le chaos ne passera pas avec moi !!! voyez donc le bazar qu'il a mis !

    Le 13/04/2012 à 16h45
  • jean-baptiste20 : Nous, car il est venue sous la casquette présidentielle suite aux différents faits divers survenue sur l'îles...enfin en théorie....

    Le 13/04/2012 à 16h16
  • bob420 : Il était déjà venu, il avait vu, et il avait promis...résultat, c'est toujours pareil !

    Le 13/04/2012 à 12h38
      Nous suivre :
      Mort de Margerie : les images de jour de la carcasse du jet privé

      Mort de Margerie : les images de jour de la carcasse du jet privé

      logAudience