En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Trois mois après, père et fils retrouvent les Eagles of Death Metal


le 16 février 2016 à 10h16 , mis à jour le 16 février 2016 à 18h01.
Temps de lecture
3min
Frédéric Nowak Bataclan
A lire aussi
Faits divers Frédéric Nowak avait témoigné sur TF1 le soir-même du 13 novembre, enroulé dans une couverture de survie et sans même se rendre compte qu'il était touché par de multiples éclats de balles au thorax. Ce passionné de musique de 50 ans et son fils seront à l'Olympia, ce soir, pour assister à la fin du concert stoppé net par les kamikazes. Une équipe de LCI est à leurs côtés.
"Il faut continuer à vivre, ça ne m'empêchera pas de sortir, d'aller voir des concerts, jamais de la vie. J'aime trop la musique", affirmait-il sur TF1 moins de deux semaines après les attaques. Une passion à laquelle il goûtera de nouveau ce mardi soir avec son fils Florian.
 
"C'est très étrange de ressentir ça" 

Présent au Bataclan le 13 novembre, Frédéric Nowak sera ce soir à l'Olympia où les Eagles of Death Metal retrouveront leur public. Cette journée particulière, il la partage avec les téléspectateurs de LCI, les internautes de MYTF1News et nos fans sur Facebook.
 
Bien décidés à "continuer à vivre", Frédéric et Florian Nowak vivent ce concert un peu comme une thérapie collective. "J'ai eu les effets du test post-traumatique les troisième mois", nous explique Frédéric Nowak (dans la vidéo ci-dessus). "Je savais ce que c'était, j'avais lu des choses dessus. Seulement, entre les lire et les ressentir, c'est pas la même chose". Même son de cloche pour Florian : "C'est très étrange de ressentir ça", explique-t-il au micro de LCI. "J'ai eu des pensées qui sont complètement illogiques. Parfois on pense à des choses, mais on ne sait pas pourquoi on pense à ça. Le fait d'y penser, c'est comme une sensation de dégoût".  
 
"Je suis passé très près de la mort"


Le soir des attentats, ils se trouvaient près de la scène avec Christophe, le beau-frère de Frédéric. Tous les trois se sont cachés derrière les enceintes et les rideaux avant de réussir à s'échapper par le toit. Couverture de survie sur le dos, il avait alors témoigné sur TF1 sans même se rendre compte qu'il avait été touché au thorax par de multiples éclats de balles au thorax.
 
"J'ai vu le terroriste qui était dans notre axe et lui avançait doucement et il tirait, il était en train d'exécuter les gens un par un", expliquait-il quelques jours après les attaques, de nouveau interrogé par TF1. "Je suis passé très près de la mort. Physiquement ça peut aller, ça fait mal de prendre des balles, je vous le confirme. Dans la tête, c'est compliqué. Les premiers jours, dès quand je fermais les yeux je ne voyais que des images liées à ce que j'ai vues, et j'ai vu des choses qu'il ne faut pas voir", ajoutait-il encore.

Chef d'équipe dans la distribution automatique, il n'a pas encore repris le travail.
 
VIDEO.  Le témoignage de Frédéric le soir du drame
 
Commenter cet article

      Nous suivre :

      "La Pogbance", la nouvelle danse des frères Pogba

      logAudience