En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Un projet de loi antiterroriste en Conseil des ministres fin septembre


le 16 septembre 2012 à 21h30 , mis à jour le 17 septembre 2012 à 09h01.
Temps de lecture
3min
Un soldat français déployé dans le cadre du plan vigipirate, décembre 2011.
À lire aussi
Faits diversLe conseil des ministres examinera "à la fin du mois de septembre un projet de loi visant à lutter contre le terrorisme", a annoncé dimanche soir le ministère de l'Intérieur.

Ce texte vise notamment à permettre de juger en France les Français "qui se livrent à des actes de terrorisme à l'étranger ou qui vont à l'étranger, notamment en zone afghano-pakistanaise, pour se former au terrorisme dans des camps d'entraînement dans le but de revenir en France", a expliqué une source proche du dossier. Même si l'incrimination d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste offre une grande latitude de poursuites, certains "passaient entre les mailles du filet", explique-t-on. Cette disposition s'inscrit dans la même logique que celle qui permet de poursuivre et juger en France des ressortissants français ayant commis des actes de pédophilie hors des frontières.
 
L'autre grand aspect du texte concerne la surveillance dans un cadre administratif des données de connexion (internet, géolocalisation, factures détaillées de téléphone). Depuis 2005, cette surveillance peut s'exercer dans un cadre administratif, dans un but préventif. Mais cette disposition, régulièrement renouvelée, était temporaire et expirait au 31 décembre prochain, a-t-on expliqué.

Affaire Mohamed Merah
 
Le texte est "préparé depuis le début de l'été en parfaite collaboration" entre les ministères de l'Intérieur et de la Justice, avec un groupe de travail dans lequel siégeaient notamment des policiers et des magistrats antiterroristes. Cette annonce intervient six mois après les tueries commises par Mohamed Merah, qui s'était rendu en Afghanistan et au Pakistan, où, avait-il affirmé, il a suivi des entraînements au jihad. Il était connu des services de renseignement et avait l'objet d'une surveillance.
 
Manuel Valls a jugé qu'il y avait eu des "dysfonctionnements" dans la surveillance de Merah et a demandé un rapport qui doit lui être rendu à la fin du mois. Son objectif est "d'améliorer le renseignement sur les groupes radicaux proches des jihadistes", selon l'entourage du ministre.

Commenter cet article

  • louischom : Il n'est pas trop tard, il est temps! Vals a de bonnes idées, le laxisme à gauche et la tolérance envers les immigrés "francisés" sont tellement forts que ces "bonnes" idées peuvent avorter en cours de route!

    Le 17/09/2012 à 09h25
  • caton06 : Tant que les pays occidentaux posséderont des milliers d'armes nucléaires la solution ne prendra que quelques secondes.

    Le 17/09/2012 à 08h39
  • blan95 : ???

    Le 17/09/2012 à 06h52
  • rose-marie54 : Si les salafistes peuvent mobiliser sur ce sujet,ils le peuvent sur d'autres,ça craint sur la liberté.

    Le 17/09/2012 à 06h20
  • lunikoff : Tiens ..ils commencent a avoir peur ...... C EST TROP TARD !!!

    Le 17/09/2012 à 01h13
      Nous suivre :
      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      logAudience