ARCHIVES

Des policiers de la BAC en garde à vue à Marseille


le 02 octobre 2012 à 10h05 , mis à jour le 02 octobre 2012 à 13h00.
Temps de lecture
3min
TF1/LCI : Poste de police de Marseille

Poste de police de Marseille / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Faits diversQuatre fonctionnaires de la brigade anti-criminalité du nord de Marseille -et non 12- sont actuellement en garde à vue. Ils sont soupçonnés de vols en bande organisée et d'extorsion de fonds. Leur technique : ils braquaient eux-mêmes les dealers.

Quatre fonctionnaires de la brigade anti-criminalité du nord de Marseille - et non  une douzaine comme indiqué dans un premier temps - sont actuellement en garde à vue. Il s'agit d'enquêteurs de l'équipe de jour de la BAC qui ne sont pas officiers de police judiciaire, a précisé le procureur de la République Jacques Dallest lors d'une conférence de presse à la mi-journée, indiquant que d'autres interpellations étaient prévues.

Selon nos informations, l'enquête aurait été initée début 2012 par Alain Gardère, alors préfet délégué pour la sécurité et la défense de la région, à la suite d'une dénonciation en interne. En parallèle des interpellations, l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices, agissant sur commission rogatoire d'un juge d'instruction, a également mené des perquisitions dans les locaux de la BAC Nord de Marseille. Auraient notamment été fouillés les vestiaires des policiers concernés.  

Une information judiciaire a ét éouverte le 22 février pour "vols en bande organisée, extorsion en bande organisée, infractions à la législation sur les stupéfiants", a précisé le procureur, soulignant que les deux premiers chefs, de nature criminelle, étaient passibles respectivement de 15 et 20 ans de réclusion. Les policiers sont soupçonnés d'avoir volé des produits stupéfiants ou de l'argent prélevés sur des dealers qu'ils avaient interpellés, ou de s'en être fait remettre par eux, et d'avoir fait de même avec des vendeurs de cigarettes à la sauvette.

"Un certain nombre d'entre eux, apparemment, se payaient sur la bête ou  prélevaient leur dîme en espèces ou en nature, à des fins personnelles sans  doute ou peut-être dans le cadre de leur travail", c'est ce que la suite de  l'enquête devra déterminer, a indiqué Jacques Dallest, évoquant "une pratique assez répandue dans ce service depuis assez longtemps".

Commenter cet article

  • alain-paris : Vous voulez nous ruiner un peu plus ?

    Le 03/10/2012 à 09h21
  • spounge_bob : Euh... je connais plein de gens avec une paye misérable et aucun n'est un bandit !

    Le 03/10/2012 à 08h38
  • lolmi2 : Des corrompus, il y en a toujours eu et dans tous les corps de métier !!!

    Le 03/10/2012 à 07h58
  • maranello13 : Alors celle la c'est la meilleure il faute etre bien payé pour eviter de voler! c'est vraiment de la science fiction ce que je lis

    Le 02/10/2012 à 15h31
  • lilou-provence : Hé ben, on va aller loin comme ça !

    Le 02/10/2012 à 15h14
      Nous suivre :

      Les mots tendres de Chelsea Clinton pour sa maman

      logAudience