En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ALERTEZ-NOUS ! Une info sur ce sujet ? Envoyez-nous vos photos et vidéos
ARCHIVES

Violences à Amiens-Nord : des traces d'ADN sur un fusil


le 11 octobre 2012 à 10h41 , mis à jour le 11 octobre 2012 à 10h48.
Temps de lecture
3min
Des gendarmes devant une cité des quartiers nord d'Amiens (Somme), le 14 août 2012.

Des gendarmes devant une cité des quartiers nord d'Amiens (Somme), le 14 août 2012. / Crédits : AFP/PHILIPPE HUGUEN

A lire aussi
Faits diversDes empreintes génétiques, appartenant à l'un des deux suspects interpellés mardi dans le cadre de l'enquête sur les affrontements de cet été à Amiens, ont été découvertes sur une arme abandonnée après les violences. Les deux hommes doivent être déférés dans la journée.

Les violences qui avaient éclaté à la mi-août à Amiens, et qui s'étaient traduites par dix-sept blessés chez les policiers et des millions d'euros de dégâts dans un quartier du nord de la ville, avaient eu pour détonateur un banal contrôle de police. Les forces de l'ordre avaient alors interpellé un automobiliste à la conduite jugée dangereuse. Mais rapidement, un attroupement s'était produit et la tension était montée. Une tension qui avait éclaté quelques heures plus tard et qui avait vu les policiers affronter une centaine de jeunes habitants des quartiers nord d'Amiens, un secteur marqué par un fort taux de chômage, une insécurité persistante, et choisi par le gouvernement pour faire partie des 15 "zones de sécurité prioritaires" définies au niveau national.

Dans l'enquête sur les auteurs de ces violences, deux individus ont été interpellés mardi matin, soit près de deux mois après les faits - l'un à Amiens, l'autre dans la Manche. Et selon une source judiciaire, les empreintes ADN de l'un d'entre eux ont été retrouvées sur une arme abandonnée après les heurts. Il s'agit de celle du suspect arrêté dans la Manche, un homme d'une quarantaine d'années. Ce professeur de sport "conteste tout", selon une source proche.

La garde à vue du suspect, ainsi que celle d'un deuxième individu interpellé à Amiens, a pris fin jeudi matin et les deux hommes devaient être déférés en fin de matinée. Ils ont été entendus dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour tentatives d'homicides volontaires avec préméditation, qui concerne les tirs d'armes à feu sur les fonctionnaires de police. Une autre information judiciaire avait été ouverte par le parquet pour dégradation par incendie, après que trois établissements publics ont brûlé mi-août.

Commenter cet article

  • figaro05 : Ben voila on a trouvé celui qui allait payer les dégats.... Mais bon aprés, dés l'instant ou il va dire c est pas moi, en présence de son avocat lors de sa garde à vue, j'imagine la suite........... Pauvre chou...

    Le 11/10/2012 à 13h15
      Nous suivre :
      Suisse : plutôt chiens ou chats dans les assiettes ?

      Suisse : plutôt chiens ou chats dans les assiettes ?

      logAudience