En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

L'actualité Société

Cazeneuve condamne les "violences absolument inaceptables" dont été victimes les policiers

Cazeneuve condamne les "violences absolument inaceptables" dont été victimes les policiers

Société

Jeudi, en marge de la manifestation contre la loi travail, quelques dizaines de casseurs s'en sont pris aux CRS à coup de pavés ou de bouteilles. Les forces de l'ordre ont répondu par des charges et des jets de gaz lacrymogène. À Nantes, Toulouse et Marseille, du mobilier urbain a aussi été détruit. Dans toute la France, 124 interpellations ont été menées, 24 policiers et gendarmes ont été blessés. Bernard Cazeneuve a condamné ses actes et a rendu hommage à l'action des forces de l'ordre : "Ils ont été victimes de violences absolument inacceptables".

Loi travail : que risquent les 124 individus interpellés ?

Loi travail : que risquent les 124 individus interpellés ?

Société

Coup de pavés ou de bouteilles, mobiliers urbains détruits... Dans toute la France, 124 interpellations ont été menées, 24 policiers et gendarmes ont été blessés en marge de la manifestation contre la loi travail. Mais que risquent-elles ? Tout individu se rendant coupable de destruction ou de la dégradation d'un bien risque deux ans de prison et 30.000 euros d'amende. Toute violence commise sur une personne ayant entrainé une interruption de travail temporaire égale ou inférieur à huit jours est punie de 3 ans d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende.

Loi travail : "On ne peut pas laisser la rue aux voyous", affirme Péchenard

Loi travail : "On ne peut pas laisser la rue aux voyous", affirme Péchenard

Société

"On ne peut pas laisser la rue aux voyous", affirme Frédéric Péchenard. L'ancien directeur de la police nationale et vice-président Les Républicains du conseil régional d'Île-de-France veut également l'arrêt de "Nuit Debout". Dans toute la France, 124 interpellations ont été menées, 24 policiers et gendarmes ont été blessés en marge de la manifestation contre la loi travail, jeudi.

L'après-Charlie Hebdo : "Le 7 janvier, on a basculé, j’étais démolie", témoigne Catherine Meurisse

L'après-Charlie Hebdo : "Le 7 janvier, on a basculé, j’étais démolie", témoigne Catherine Meurisse

Société

Catherine Meurisse était l’invitée de l’émission de LCI, ce jeudi à l’occasion de la sortie de son livre "la légèreté". La dessinatrice de Charlie Hebdo a écrit cette bande-dessinée pour se reconstruire après les attentats. "Le 7 janvier, on a basculé, j’étais démolie, ce livre me permet de les faire revivre un petit peu", témoigne la jeune femme.

prison

Salah Abdeslam, isolé et filmé : est-ce légal ?

Société

Incarcéré à Fleury-Mérogis dans l’Essonne, Salah Abdeslam est placé sous vidéo surveillance 24h sur 24 pour éviter toute tentative de suicide ou d'évasion. Un dispositif qui n’avait jamais été mis en place auparavant en France, et légal depuis fin 2014. La durée d'enregistrement actuel ne peut cependant pas excédé les 24h d'affilée, une mesure renouvelable quotidiennement mais contraignante. Le but : emmener Salah Abdeslam vivant à son procès.

prefet

Simulation d'attaque terroriste à Marseille : "Que nos effectifs soient le mieux préparés possible"

Société

Les simulations d'attaques terroristes se multiplient sur le territoire en vue de l'Euro 2016. À Marseille, un exercice grandeur nature s'est déroulé jeudi soir dans l'aéroport de Marignane. Au total, 130 personnes étaient mobilisées, incluant acteurs, personnels de l'aéroport et étudiants, pour se mettre dans la peau d'attaquants, de victimes et d'otages. Dans ce contexte d'état d'urgence, ces entraînements visent à déterminer si les forces de l'ordre sont prêtes à affronter la menace. "Il faut que nos effectifs soient le mieux préparés possible, ils s'entrainent et se préparent", a expliqué Laurent Nunez, le préfet de police de Marseille

terror

Simulation d'attaque terroriste à l'aéroport de Marignane à Marseille

Société

Les simulations d'attaques terroristes se multiplient sur le territoire en vue de l'Euro 2016. À Marseille, un exercice grandeur nature s'est déroulé jeudi soir dans l'aéroport de Marignane. Au total, 130 personnes étaient mobilisées, incluant acteurs, personnels de l'aéroport et étudiants, pour se mettre dans la peau d'attaquants, de victimes et d'otages. Dans ce contexte d'état d'urgence, ces entraînements visent à déterminer si les forces de l'ordre sont en ordre de marche.

Météo 29/04/16

La météo du vendredi 29 avril 2016 : une amélioration de courte durée avant un week-end pluvieux

Société

Ce vendredi, le ciel sera voilé sur la plupart des régions avec des pluies faibles et locales sur le secteur Nord. La partie Sud sera épargnée une bonne partie de la journée. Les températures maximales seront comprises entre 11 et 15°C au nord et 15 et 20°C sur le sud, allant même jusqu'à 21°C. Cette amélioration sera néanmoins de courte durée avant un week-end pluvieux attendu.

Le gel est tombé sur les vignes, "c’est tout un travail qui est fichu"

"C’est tout un travail qui est fichu" : le gel s'est abattu sur les vignes

Société

Ce qu’ils craignaient le plus est arrivé : le gel. En Indre-et-Loire, la moitié des vignes a été touchée, occasionnant pour certains viticulteurs des pertes estimées à 120.000 euros. "C’est tout un travail qui est fichu", regrette l'un d'eux. Pour s'en prévenir, il existe très peu de solutions, comme par exemple arroser constamment la production. Une technique qui requiert un équipement qui n’est pas à la portée de tous.

Procès Abdeslam : « l’attente pénible » pour les rescapés et les familles des victimes

Procès Abdeslam : "L’attente pénible" pour les rescapés et les familles des victimes

Société

Salah Abdeslam passe jeudi sa deuxième nuit dans une prison française, à Fleury-Mérogis dans l’Essonne. Les familles des victimes et les rescapés des attentats doivent maintenant s'attendre à une attente "pénible", avant qu'il ne soit jugé. Nombreux sont ceux qui attendent des réponses et qui se sentent "insultés" par le "rôle de victime" qu’il essaye de se donner.

Nous suivre :

Une église historique de New York ravagée par un incendie

logAudience