En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

En correctionnelle pour avoir tiré sur une institutrice

Alexandra Guillet par
le 18 septembre 2008 à 06h00
Temps de lecture
3min
école henri wallon valenton

L'école élémentaire Henri Wallon de Valenton, où une enseignante a été agressée le 26 juin 2008 / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
JusticeTrois jeunes hommes soupçonnés d'être les auteurs de tirs de plombs qui avaient légèrement blessé une institutrice en juin à Valenton, comparaissent aujourd'hui à Créteil.

Le 26 juin dernier, une institutrice de l'école Henri-Wallon, située à Valenton dans le Val-de-Marne, était la cible de tirs de plombs de carabine alors qu'elle rentrait du terrain de sport avec ses jeunes élèves. Une information révélée à l'époque par LCI.fr. L'agression de cette jeune femme, légèrement blessée à la hanche et au bras, avait suscité un vif émoi parmi ses collègues enseignants et les habitants de la cité La Lutèce, où se trouve l'établissement.
 
L'enquête policière avait rapidement révélé que d'autres personnes du quartier - cinq au total - avaient été touchées les jours précédents par des plombs, mais qu'elles n'avaient pas porté plainte. Mi-juillet, trois jeunes hommes - deux âgés de 20 ans et un âgé de 28 ans et père de famille - étaient interpellés. Poursuivis pour "violences volontaires avec arme", ils comparaissent aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Créteil. L'un nie totalement les faits, tandis que les deux autres reconnaissent des tirs mais ceux du 26 juin.
 
Prévu à l'origine le 17 juillet, le procès en comparution immédiate avait été renvoyé
afin que les prévenus puissent préparer leur défense. Au mois d'août dernier, il avait été une nouvelle reporté, l'un des prévenus n'ayant pas d'avocat. Dans l'attente de l'audience d'aujourd'hui, le tribunal a remis en liberté les trois prévenus, avec l'obligation pour deux d'entre eux de résider chez des proches dans des départements voisins et interdiction de se rendre à la cité La Lutèce.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      logAudience