En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

C'était son "grand amour", il l'empoisonna à l'arsenic

Edité par
le 08 mai 2009 à 12h07
Temps de lecture
3min
Palais de Justice Procès Droit

Image d'archives / Crédits : TF1

JusticeUn sexagénaire a été condamné vendredi à cinq ans de prison, dont deux avec sursis, par le tribunal correctionnel de Créteil.

Robert connaissait Eliane (1) depuis l'enfance et l'aimait sans retour. C'était son amie mais surtout son "grand amour". Mais un amour à sens unique et ce fut là le hic. Alors, parce qu'il voulait se "rendre indispensable" auprès de sa douce, il l'a empoisonnée à l'arsenic. Vendredi, ce sexagénaire a été condamné à trois ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Créteil.
 
Le prévenu, employé dans un garage et marié, rencontre Eliane, une infirmière de 59 ans, il y a 50 ans. Une amitié naît. Et malgré, une liaison entre 2000 et 2005, ce ne sera pas plus. Il n'empêche. Robert, unanimement décrit comme "gentil, honnête, travailleur et serviable" rend de nombreux services à Eliane, qui habite loin de son domicile conjugal. Parallèlement aussi, il dégrade les pneus de sa voiture, lui passe des coups de fil anonymes, lui envoie des lettres, anonymes elles aussi dans lesquelles il mentionne notamment des menaces des mort.

"Les ingrédients de la perversité et de la machination"
 
En janvier 2006, soupçonnant une voisine octogénaire d'être le corbeau, Eliane porte plainte. Lors de l'audience jeudi, le substitut du procureur de remarquer que Robert n'a rien fait pour la détourner de ses soupçons. Point d'orgue de ce harcèlement en juillet 2006. Robert met de l'arsenic dans un pot de confiture au domicile d'Eliane. Il voulait "l'incommoder sans la tuer", explique-t-il à la barre. L'arsenic, est trouvé dans un flacon estampillé 1847 dans la cave de son père. Robert ne pensait pas qu'un produit aussi ancien puisse garder sa toxicité. "C'était pour qu'elle fasse appel à moi".
 
Eliane tombe malade. Robert lui envoie de nouveau des lettres anonymes, mentionnant le produit. C'était pour "la sauver", plaide son avocat. Pour le représentant du ministère public en revanche, dans le comportement de Robert figurent "tous les ingrédients de la perversité et de la machination". La vérité n'avait été découverte qu'en avril 2008 à la faveur d'écoutes téléphoniques.
 
(1) Les prénoms ont été modifiés.

Commenter cet article

  • Violette : Seulement 3 ans ? qu'il n'accomplira même pas sans doute dans la totalité ! C'est vraiment une toute petite sanction pour autant de perversité, et surtout de constance dans la perversité. Je crois vraiment que la justice parfois est totalement dépourvue de bon sens. Je suis profondément choquée.

    Le 14/05/2009 à 13h27
  • Zozo : J'ai assisté à une bonne partie de l'audience. Je confirme que la victime n'est pas décédée mais elle a toujours de graves sequelles. 1 an d'arrêt de travail et une reprise très difficile. Cet événement va marquer la fin de sa vie professionnelle hélas. L'affaire a été renvoyé devant le tribunal correctionnel pour administration de substances nuisibles ayant entrainé une infirmité permanente. Reste que 3 ans n'est sans doute pas cher payé pour cet acte !

    Le 10/05/2009 à 00h36
  • Tamiris : Terrible. :S Mais, est-elle morte ou pas?

    Le 09/05/2009 à 21h17
  • Kristal-K : Nita77 : vous avez TOUT DIT !

    Le 09/05/2009 à 12h10
  • Philippe : Attention, c est un jugement du tribunal correctionnel.. donc il n y a pas eu mort.. les grands delits, tels que crimes, assassinats etc sont jugés aux Assises..

    Le 09/05/2009 à 09h59
      Nous suivre :
       Patrick Juvet à Renaud : "Si il veut qu’on parle, je suis là"

      Patrick Juvet à Renaud : "Si il veut qu’on parle, je suis là"

      logAudience