En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Des gendarmes mobiles débloquent la Santé


le 06 mai 2009 à 08h57
Temps de lecture
3min
prison santé paris syndicats

Les surveillants ont mis le feu à des palettes de bois pour interdire l'accès à la prison de la Santé à Paris. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
JusticeSyndicats de gardiens et représentants du ministère se sont séparés mardi soir au bout de plusieurs heures de négociations difficiles. Les blocages de prisons continueront mercredi.

Des gendarmes mobiles ont dégagé sans incident mercredi peu avant 8 heures l'entrée de la prison de la Santé à Paris (XIVe), bloquée depuis 5h30 par une soixantaine de surveillants protestant contre leurs conditions de travail. Les surveillants avaient tout d'abord mis le feu à des palettes de bois pour interdire l'accès à la prison parisienne avant qu'une trentaine de gendarmes mobiles, tête nue et bouclier à la main, ne parviennent à dégager l'entrée en faisant évacuer les manifestants, après une mêlée d'une dizaine de minutes.
 
Au cours de la bousculade, un surveillant a été blessé au genou. Ce manifestant, qui se plaignait d'une petite entorse au genou, a été évacué par les sapeurs-pommiers à 8h15. Dès que l'accès a été libéré, deux fourgons de l'administration pénitentiaire sont entrés dans l'établissement. Trente détenus, dont Fofana et d'autres membres du "gang des barbares" qui doivent rejoindre la cour d'assises pour leur procès, doivent être transférés au cours de la journée.

Scène similaire, dans le sud cette fois. Les forces de l'ordre ont délogé mercredi matin sans incident l'entrée de plusieurs établissements pénitentiaires bloqués par les surveillants en Midi-Pyrénées et en Languedoc-Roussillon.

Effectifs supplémentaires 

Les négociations tenues mardi entre le ministère de la Justice et trois syndicats pénitentiaires ont abouti à un fragile projet d'accord qui ne semblait pas susceptible de mettre fin au conflit engagé lundi dans les prisons françaises. A l'issue des discussions, les syndicats avaient fait savoir que les blocages se poursuivraient mercredi matin, avant que les personnels se prononcent sur le projet d'accord, établissement par établissement. Les surveillants demandent des effectifs et des moyens pour faire face à la surpopulation carcérale (63.351 détenus pour 52.000 places). Le ministère de la Justice n'a pas cédé sur ce point précis.
 
Le conflit a généré des tensions mardi devant plusieurs prisons, dont celles de Fleury-Merogis (Essonne), de la Santé, de Lyon-Corbas ou de Strasbourg, où police et gendarmerie ont dégagé sans ménagement les accès aux établissements.
 

D'après agence

Commenter cet article

  • John Duff : Allez tous en choeur : "Le travail c'est la Sante,ne rien faire c'est la conserver,les prisonniers du boulot ne font pas d'vieux os" Henri Salvador en son temps aurait sans doute suggere aux gardiens de la Sante de ne rien faire.

    Le 07/05/2009 à 04h53
  • Orphee : Si le gouvernement pouvait faire "déboucher" les délinquants en col blanc avec autant de facilité ça serait bien. Ne pas oublier que les CRS et les gendarmes mobiles ne chargent que sur ORDRE.

    Le 06/05/2009 à 17h26
  • Jay : Encore une preuve de la competence de mme dati , pauvre france...

    Le 06/05/2009 à 13h36
  • Yann amare : C'est bien plus facile d'envoyer des gendarmes ou des crs contre des travailleurs que contre des émeutiers !! quel courage nos politiciens. sachons que pour charger en maintien de l'ordre les gendarmes ou les crs obéissent à l'ordre express du préfet sur "instructions du ministre", bizarrement les journalistes oublient toujours de le préciser.......

    Le 06/05/2009 à 10h48
  • Michel : Le mieux seraient d'appeler les détenus pour assurer le maintient de l'ordre et la dispersion des manifestants. Bouffons

    Le 06/05/2009 à 10h44
      Nous suivre :
      Halloween : Rémi Gaillard se fait clown entarteur

      Halloween : Rémi Gaillard se fait clown entarteur

      logAudience