En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Deux médecins en prison après l'agonie d'un patient


le 17 septembre 2009 à 07h31 , mis à jour le 17 septembre 2009 à 07h31.
Temps de lecture
3min
Image d'archives

Image d'archives / Crédits : TF1

À lire aussi
JusticeDeux médecins ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Moulins à de la prison ferme pour homicide involontaire après le décès d'un patient grièvement brûlé.

Le 31 juillet 2004, Patrice Canonne, un ouvrier de 40 ans, avait été admis à la clinique Saint-Odilon de Moulins après un accident du travail, alors qu'il posait un revêtement dans la piscine de rééducation de l'établissement. Sous l'effet d'un chalumeau, les émanations du pot de colle avaient provoqué une explosion le brûlant grièvement aux jambes et aux bras. La victime avait agonisé cinq jours durant avant d'être évacuée aux urgences de l'hôpital de Moulins, alors que, selon les experts, elle aurait dû être immédiatement prise en charge dans un centre de grands brûlés, vu l'étendue des brûlures.

Les deux médecins qui l'ont soigné, le Dr Jean-Paul Briat, 66 ans, spécialiste en chirurgie digestive, et le Dr Philippe Dumontier, un orthopédiste de 58 ans, ont été respectivement condamnés mercredi par le tribunal correctionnel de Moulins à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis et trois ans de prison dont deux ans avec sursis. Le procureur avait requis pour chacun d'eux un an avec sursis et 20.000 euros d'amende. Au cours de l'audience, le Dr Briat, qui avait prescrit de la morphine, a reconnu "sans doute un défaut de coordination" avec son collègue.

Une "médecine à deux vitesses"

La clinique a été condamnée en tant que personne morale à 20.000 euros d'amende pour "manquement aux règles d'hygiène et de sécurité". L'employeur de la victime a écopé pour sa part de 10.000 euros d'amende.

La famille avait exprimé son inquiétude au personnel médical dans les jours suivant le drame, alors que la température du blessé qui peinait à respirer était montée jusqu'à 41°, mais n'avait pas pu rencontrer les médecins. Lors de l'audience, l'avocate de la famille, Me Mercier-Rayet, avait dénoncé une médecine à deux vitesses, estimant que "s'il n'avait pas été un simple ouvrier, il aurait certainement eu droit à plus d'attention".

Les deux médecins ont annoncé leur décision de faire appel.

D'après agence

Commenter cet article

  • kurjisco : Chère Madame, ce n'est pas leur âge qui a été mise en cause mais leur incompétence, j'y étais et oui ils n'ont pas fait leur travail correctement, mais ils ne sont pas seuls ! les infirmières et les aides soignantes n'ont pas alerté leur supérieur en voyant que le patient montait à 41° de température et que ses jambes pourrissaient et sentaient mauvais ! alors désolée mais là franchement en tant que mère de famille je ne comprends pas bien votre réaction il laisse derrière lui 4 petites filles à l'époque âgée de 4 à 16 ans imaginez vous dans cette même situation !

    Le 15/12/2009 à 10h23
  • kurjisco : Comment osez-vous penser à ces salariés dans des circonstances pareils ! il n'y a pas que les médecins en cause il me semble que dans une clinique il y a des infirmières et des aides soignantes qui auraient pu faire leur travaille correctement en alertant leur supérieur de l'état du patient

    Le 15/12/2009 à 10h20
  • kurjisco : Je ne crois pas que l'âge des médecins soit en cause c'est leur incompétence qui est mise en cause, je sais personnellement ce qui c'est passé ils l'ont réellement laisser agoniser dans leur service, à chaque fois que l'on demandait à voir un médecin il n'y en avait aucun pour nous répondre, aucune radio ni écographie n'a été faite ! la température grimpe à 41 ° les jambes pourrissent et sente mauvais mais c'est normal ! j'espère qu'ils mourront tous les deux dans d'atroce souffrance quand leur heure sera venue ! ce sont des meurtriers eux mais aussi tout le personnel de cet hôpital qui n'a pas levé le moindre pouce pour tirer la sonnette d'alarme alors leurs emplois c'est le dernier de nos soucis, ils ont tués un homme cela est réelle ce n'est pas une mise en scène ! il a laissé derrière lui 4 petites filles âgées de 4 à 16 ans, mettez vous un peu à leur place. Merci par avance à tous ceux qui le soutienne.

    Le 15/12/2009 à 10h18
  • Corinne (mère de famille) : De nos jours en France, chacun peut donner son avis sur chaque chose et cela est formidable. Le souci c'est que très souvent les gens se basent sur les "on dit", les points de vue orientés des journaux ou des avocats pas toujours "nets". Du coup on se permet d'enfoncer des personnes que l'on ne connaît pas sans vraiment savoir quel est véritablement le problème. Alors arrêtons de juger sans savoir et apprenons à faire le tri des informations tronquées et des titres "chocs" que l'on veut bien nous faire passer... Vu la manière dont on traite les médecins, il y en aura bientôt plus en prison que de véritables voyous et on sera très contents d'en trouver un de 58 ans ou de 66 ans pour nous soigner...

    Le 27/09/2009 à 22h04
  • Anne : Si l'on devait radier tous les médecins qui font des erreurs.. bha il n'y aurait plus de médecins. Cette histoire est certes dramatique. Malheureusement, cela arrive tous les jours. Pourquoi la famille n'a pas fait transférer cet homme au centre des grands brûlés ? ils l'ont vu "agoniser" et n'ont rien fait ? Je ne dis pas que je défend les deux médecins, mais comme ça n'était pas dans leurs compétences, il fallait réagir. Maintenant il est trop tard

    Le 23/09/2009 à 09h41
      Nous suivre :
      Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

      Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

      logAudience