ARCHIVES

Un trafic de yachts entre la France et la Tunisie en procès


le 30 septembre 2009 à 05h00
Temps de lecture
3min
Yacht riches

Yacht d'un milliardaire en Méditerranée (archives). / Crédits : Abacapress

À lire aussi
JusticeDeux neveux par alliance du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali sont soupçonnés d'avoir participé à ce trafic.

Huit personnes suspectées d'avoir participé à un trafic de yachts entre la France et la Tunisie, dans lequel deux neveux par alliance du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali sont aussi soupçonnés, doivent comparaître mercredi devant le tribunal correctionnel d'Ajaccio. L'affaire avait été renvoyée, fin août, à la demande d'une partie des avocats des prévenus et des parties civiles. Une seule personne, soupçonnée d'avoir mis les commanditaires et les voleurs en relation, a été maintenue en détention.
 
Soupçonnés d'être les commanditaires du vol de trois yachts, un en Corse et deux sur la Côte d'Azur en 2006, deux neveux par alliance du président Ben Ali, Imed et Moaz Trabelsi, pourraient, en vertu d'une convention judiciaire franco-tunisienne, être jugés dans leur pays. La séparation des procédures est dénoncée par les défenseurs de certains prévenus français. En raison de la confusion qui entoure cette affaire, le procureur de la République d'Ajaccio, Thomas Pison, doit dès l'ouverture de l'audience apporter des éclaircissements sur les procédures en cours.
 
L'affaire avait éclaté avec le vol en mai 2006 du yacht d'un ancien président de la banque privée Lazard, Bruno Roger, à Bonifacio, à l'extrême Sud de la Corse. Une enquête privée menée par les assureurs du navire avait permis de retrouver celui-ci dans le port de Sidi Bou Saïd, une banlieue huppée du Nord de Tunis. Le "Beru Ma" qui avait été maquillé et repeint, avait été discrètement restitué à son propriétaire, un proche de Jacques Chirac. L'enquête publique avait ensuite permis d'établir que ce vol était lié à ceux de deux autres navires de luxe à Cannes et au Lavandou, et une dizaine de personnes avaient été interpellées.

(D'après agence)

Commenter cet article

  • Steph : Ouf, soulagé ! J'avais peur pour le mien.

    Le 30/09/2009 à 15h41
  • Michel : Un bateau d'un gabarit, ce n'est pas facile à camoufler ?

    Le 30/09/2009 à 09h10
  • Nico : J'aimerais quand même qu'on m'explique comment on fait pour voler un truc pareil ??!! Qui de plus doit pouvoir être tracé par satellite. J'imagine que ça ne démarre uniquement en mettant les clés dans le Néman. Il faut tout un équipage pour quitter le quai, mettre en chauffe les moteurs, etc...Donc complicité interne ou bande super méga organisée...et avoir fait une école de navigation.

    Le 30/09/2009 à 08h14
      Nous suivre :

      A 7 ans, ils effraient un voleur de voiture à l'aide d'un jouet en plastique

      logAudience