En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Dossier Julien Coupat

Sabotages SNCF : l'entretien exclusif avec le témoin sous X

Edité par
le 30 novembre 2009 à 19h02
Temps de lecture
5min
Sabotage SNCF: l'interview intégrale du témoin sus X

Crédits : eTF1

A lire aussi
Justice Exclusif - Le témoignage sous X qui a conduit à l'interpellation de 9 personnes dans l'affaire des sabotages de lignes TGV en 2008 ne serait pas crédible. Ce témoin anonyme s'est exprimé sur TF1. Il parle de "pressions policières".

C'est un témoignage un temps présenté comme capital. Le 14 novembre 2008, une personne anonyme assure aux enquêteurs que Julien Coupat - soupçonné d'avoir organisé les sabotages de lignes TGV en 2008 -, est capable de tuer pour ses idées. Ce témoignage sous X permettra, notamment, la mise en examen de neuf personnes et leur placement en détention provisoire.
 
Un an jour pour jour après les interpellations, TF1 dans son édition du 20h du 11 novembre 2009 révélait que ce témoignage n'était pas crédible.  Nos équipes sont les seules à avoir pu interroger ce témoin, qui affirme avoir été manipulé et avoir subi des pressions de la part des policiers de la sdat (sous-direction anti-terroriste). Ces derniers lui auraient dit qu'ils avaient juste "besoin d'une signature" pour pouvoir exploiter "certains éléments de procédure". Aujourd'hui, nous vous proposons de visionner cet entretien exclusif dans son intégralité (verbatim en encadré ci-dessous). Pour des raisons légales, son identité est protégée.
 


 
Ce lundi, on apprenait que ce témoin anonyme avait été réentendu à son domicile le 26 novembre dernier par le juge d'instruction en charge de cette enquête. Selon une source citée par l'afp, il aurait au cours de cette nouvelle audition nié avoir subi des pressions de la Sdat pour livrer un témoignage à charge contre le groupe de Tarnac. L'intéressé, contacté lundi par TF1, explique quant à lui : "Lors de cette nouvelle audition, j'ai confirmé que j'étais bien le témoin sous X mais que les propos contenus dans la déposition que l'ont m'a fait signé ne sont pas les miens. J'ai démenti certaines pressions, j'en ai confirmé d'autres".
 
Egalement contacté par TF1, son avocat, Jean-Louis Borie, confirme : "il a bien été réentendu mais ce n'était pas à sa demande. A ma connaissance, mon client n'est pas revenu sur le fait qu'il ait subi des pressions lors de sa première déposition". L'avocat a par ailleurs précisé que son client comptait porter plainte "pour les violations de son identité au cours de cette enquête alors qu'il a été entendu sous X". Son nom a enfin été publié dans plusieurs médias.
  
Un des avocats de Julien Coupat, Me Thierry Lévy, a pour sa part regretté que cette nouvelle audition, "réclamée par la défense", ait été menée "sans les avocats des mis en examen". Les avocats du groupe de Tarnac doivent formuler "dans les prochains jours" des demandes d'actes, a précisé à l'afp Me Lévy. Les avocats de Julien Coupat et des personnes mises en examen dans cette affaire avaient fait état le 25 novembre de "présomptions très sérieuses de falsifications" par les enquêteurs et dénoncé un "florilège de manipulations" parmi lesquelles ils avaient cité ce témoignage sous X.

VERBATIM DE LA VIDEO

POURQUOI X EST-IL ENTENDU PAR LES ENQUETEURS ?

"Le milieu autonome ne m'est pas étranger. Je ne peux pas dire que je n'ai pas de sympathie pour ces gens là. J'ai été entendu à la gendarmerie par la Sdat qui me dit : 'tu te rends compte avec tout ce que tu as vécu dans ton village, si ça se sait que tu connais les gens de Tarnac, c'est fini tu peux te barrer'" .
Ce sont les enquêteurs qui te disent ça ?
"(...), commissaire à la Sdat."

EN QUOI LE TEMOIGNAGE DE X PEUT-IL AIDER LES ENQUETEURS ? 

"Je dis : 'je n'ai rien à dire sur ces gens là' et là le mec m'explique très posément que ce n'est pas le problème, le problème c'est qu'il y a tout un tas d'infos, d'interceptions de mails, d'infos de gars infiltrés en squat, ce genre de choses, qui ne sont pas exploitables dans une procédure judiciaire et que juste ils ont besoin d'une signature. C'est : on a une info et on ne sait pas comment on peut  la mettre dans un dossier pour que le juge dise ok ça marche."

QU'AURAIT DECLARE X AUX ENQUETEURS ?  

"Je dis 'moi je n'ai rien à dire', il me dit : nous des choses à dire on en a des tas. On ne te demande pas de balancer quoi que ce soit, nous on a tout ce qu'il faut, de toute façon c'est mort, ils sont foutus, ils sont cuits. Tu sais, eux, coupables pas coupable, nous on s'en fout, ce n'est pas notre problème. On ne m'a pas posé tant de questions que ça, ce n'était pas important. Ce que moi j'avais à dire ce n'est pas important, ce qui était important c'est qu'au bout d'un moment je signe."

POURQUOI X SIGNE-T-IL UNE DEPOSITION ANONYME ? 

"Ils m'ont dit : 'on peut en discuter ici ou on peu en discuter à Levallois', ils ne m'ont pas proposé d'apposer ma signature"
Ils t'ont ordonné de le faire ?
"Ouais ils m'ont dit : voilà c'est comme ça que ca va se passer maintenant"
On t'a mis une pression ?
"Carrément, je suis resté 9 heures, à être dans une espèce de simultanéité entre les mecs qui te payent un café, très sympa, et à des moments des trucs du genre : mais on va pas retrouver ton ADN quelque part quand même?"

X PENSE-T-IL QUE SON TEMOIGNAGE A ETE TRONQUE ? 

"Moi je savais que j'étais témoin anonyme à ce moment là oui, mais je n'avais aucune idée de la teneur du témoignage anonyme. Moi je ne les ai pas accablés, j'ai fait bien attention à ne donner absolument aucun renseignement qui puisse permettre d'accuser qui que ce soit de quoi que ce soit. Ils sont arrivés avec ce truc là. Je vois ce qu'il y a dans le témoignage anonyme. Je vois le langage qui est utilisé en plus, ce témoignage il est faux. Il a été fait par quelqu'un qui n'est pas témoin anonyme."

POURQUOI X TEMOIGNE DE NOUVEAU, MAIS CETTE FOIS SOUS SON NOM ? 

"Il fallait que cela apparaisse quelque part. Cela a commencé à fuiter que c'était peut-être moi. Un mois et demi après quand les journalistes ont commencé à trop chercher, les mecs ils m'ont dit : on est emmerdés, parce que bon ça pourrait remonter jusqu'à toi. Du coup on m'a reconvoqué. J'ai redéposé en décembre devant un officier de la SDAT.
Donc on t'a proposé de retémoigner  pour dire l'inverse de ce qu'on t'avait fait dire en temps que témoin sous x ?
Absolument, parce qu'on m'a fait dire : 'ils ne sont pas dangereux'."

QUE COMPTE FAIRE X MAINTENANT ? 

"Je ne me sens pas  hyper fier de ce qui s'est passé, je ne dis pas que je dors toujours très bien et compagnie. Si demain il y a une confrontation j'irai. Je dirai voilà ce que moi j'ai dit et ce qui ne s'est pas dit et je pense que judiciairement cela aura un impact, un intérêt."      

Commenter cet article

  • philreac06 : Grande derive dans la police! ils arrivent , pendant la garde à vue , à vous faire signer ce qu'ils veulent entendre! il faut a tout prix , filmer la garde a vue et que l'avocat puisse visionner avant pour dire si son client signe ou non!!!!

    Le 01/12/2009 à 09h45

      "J'attends tes buts, je t'observe", quand Usain Bolt accueille à sa manière Zlatan à Manchester Utd

      logAudience