ARCHIVES

Une effroyable histoire de jalousie entre lycéens devant les assises

Alexandra Guillet par
le 07 décembre 2009 à 10h59
Temps de lecture
3min
JusticeUn lycéen de 16 ans comparaît devant les assises pour mineurs de Paris pour le meurtre d'un ami, devenu rival amoureux. le jeune homme est soupçonné d'avoir voulu faire disparaître le corps dans des circonstances horribles.

Ils étaient pourtant bon copains. Jusqu'à ce qu'une affaire de cœur ne sème la zizanie. Nous sommes en 2007. Thomas*, 16 ans et demi, est fou amoureux de Lucie, une camarade de seconde au Lycée privé Saint-Michel-de-Picpus, dans le 12e arrondissement de Paris. Mais il trouve qu'elle est trop proche de son ami Arnaud. La tension monte. Le 22 février 2007, alors que ses parents sont absents pour plusieurs jours, Thomas invite Arnaud chez lui dans le XXe pour jouer à des jeux vidéos. Deux heures plus tard, alors qu'Arnaud s'apprête à partir, Thomas se serait jeté sur  lui et l'aurait étranglé par derrière avec la lanière de son sac. Selon les enquêteurs, après l'avoir amené à terre, il aurait continué à l'étrangler durant six minutes, temps qu'il aurait pris soin de chronométrer sur son téléphone portable pour être certain que mort s'ensuive. Il aurait ensuite déposé le corps, vêtu d'un seul caleçon, dans la baignoire de l'appartement.

Pendant la nuit du 22 au 23 février, craignant que son ami ne revienne à la vie, il aurait commencé à lui trancher la gorge à l'aide d'un couteau électrique. Une large entaille a été retrouvée sur le cou. Il aurait également versé sur le cadavre de la soude caustique, sans succès. Le 22 février au soir, il aurait en outre appelé une amie, âgée de 15 ans, afin de lui demander de l'aide. Le 23 février, elle se serait présentée au domicile avec une bâche et de l'acide chlorhydrique. Mais finalement, Thomas aurait renoncé à son projet. Les parents, de retour le 23 février au soir, découvrent la scène et préviennent la police.

Devant le juge, Thomas expliquera qu'Arnaud lui aurait dit avoir embrassé Lucie, le mettant dans une colère noire. La responsabilité pénale du jeune homme a été retenue, mais pas la préméditation. En prison depuis les faits, Thomas a passé son bac scientifique en juin dernier et est suivi par un psychiatre. Jugé à partir de ce lundi devant la cour d'assises pour mineur de Paris, il encourt jusqu'à 30 ans de prison. La moitié si les jurés retiennent l'excuse de minorité. L'accusé étant mineur au moment des faits, le procès se tient à huis clos. Aucune partie n'a souhaité s'exprimer avant l'audience. Le verdict est attendu mercredi.

*Tous les prénoms ont été modifiés

Commenter cet article

  • vero5433 : Bonjour, Je suis maman d'un enfant de 15 ans et après réflexion il me semble qu'il est grand temps de se pencher d'un peu plus près des groupes de paroles que certains tentent de faire croître dans plusieurs communes. Je ne sais pas si des personnes ont déjà pensé ou tenté de créer des rencontres parents-professeurs-pédopsychiatres-ortophonistes-éducateurs-animateurs et autres professions proches de l'enfant. Faire des liens quoi...on ne sais plus rien. Il serait intéressant d'inventer une "école" de parents! Comment s'y retrouver avec tous ces changements? L'évolution est si rapide. Comment suivre? Quels conseils écouter? On entend tellement tout et son contraire. C'est à se demander parfois si les professionnels ont suivis les mêmes études. Quelle cacophonie!

    Le 14/12/2009 à 02h28
  • foufirs : Sympa de tenter de découper son "pote"!! Le coup de la copine qui l'aide à faire disparaître le corps c'est cool aussi!! Et après on va nous dire qu'ils ont des excuses... Et moi aussi je suis persuadée, contrairement à baptiste_31, que de toute façon ils n'auront qu'une peine minime, comme beaucoup de cas identiques. Allez, dans 6 ou 7 ans, grand maximum, le mec sera assis juste à côté de vous dans le bus (ses études et ses bouquins auront été payés pour lui en prison), et son amie n'aura que du sursis (ils trouveront bien à dire qu'elle était influençable et trop jeune pour se rendre compte de ce qu'elle faisait, la pauvre!!). Je plains les parents du jeune défunt. Bon courage à eux...

    Le 09/12/2009 à 13h47
  • ramitzemarge : A Maloo70 J'ai du mal m'exprimer, mais mon homme joue aux jeux vidéos depuis qu'il a 10 ou 11 ans!!! Pas depuis quelques mois! Les jeux, la télés et autres médias sont dangereux pour des esprits qui sont, je pense, deja "malades"! Après, je n'ai jamais dit que ca ne pouvait pas avoir une influence! Mais il faut faire la part des choses! Je trouvais juste que les gens avaient un peu trop tendance à mettre les jeux vidéos toujours en avant! Aujourd'hui, la plupart des jeunes ont des consoles ou des ordinateurs! Ils deviennent pas assassins pour autant

    Le 08/12/2009 à 13h53
  • maur. : C'est un immense gachis. Je suis triste pour les parents des deux jeunes. Que faire d'un enfant tueur ????? Je ne crois pas que les parents de ce jeune l'avait elevé pour tuer un jour. Je suis parent moi-meme et je n'ai pas de reponse a cette question. Je me garderais de porter quelque jugement que ce soit.

    Le 08/12/2009 à 04h19
  • anita69000 : J'espère que les jurés ne tiendront pas compte du fait qu'il est mineur c'est trop facile, il a 16 ans, il était conscient de ce qu'il faisait, prison à perpetuité et ça donnera peut être moins envie à d'autres de faire pareil en voyant que la justice punit sévèrement, ce qu'elle est loin de faire jusqu'à présent !

    Le 07/12/2009 à 22h20
      Nous suivre :

      Inde : un léopard sème la panique

      logAudience