En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Trois ans ferme pour le père de Dylan

Alexandra Guillet par
le 11 juin 2010 à 19h31
Temps de lecture
4min
A lire aussi
JusticeLe tribunal correctionnel de Rodez a condamné vendredi à quatre ans de prison dont trois ferme le père du petit Dylan, pour actes de maltraitance. La mère de l'enfant écope quant à elle de 18 mois ferme.

Direction la prison. Après une journée d'audience, le tribunal correctionnel de Rodez a condamné vendredi à quatre ans de prison dont trois ferme le père du petit Dylan. Il a été reconnu coupable de violences habituelles, abandon  matériel et moral à l'encontre de son fils jusqu'à ses 7 ans. Une peine inférieure à celle de cinq ans de prison dont quatre ferme réclamée un peu plus tôt par la procureure Manuella Garnier.

En revanche, conformément au réquisitoire, la mère de l'enfant martyr a écopé de trois ans d'emprisonnement dont 18 mois avec sursis pour abandon matériel et moral et non empêchement des violences. Contrairement au père de Dylan, elle n'a pas été écrouée à l'issue du délibéré. Elle sera reçue prochainement par un juge d'application des peines. Elle a déjà fait 4 mois de détention provisoire en 2009. La grand-mère maternelle de Dylan et le voisin ont respectivement été condamnés à un an avec sursis et six mois avec sursis pour ne pas avoir signalé les violences.

"Mon papa il me tape, à coups de poing, de pied, de fessées" 
 

Lors du procès, les interrogatoires des deux prévenus ont permis de dresser le portrait de deux êtres ayant grandi dans un climat d'alcoolisme et de maltraitance, sort qu'ils ont ensuite fait subir pendant des années à leur fils dans le pavillon familial de Millau (Aveyron). "Mon papa il me tape, à coups de poing, de pied, de fessées" : si Dylan,  aujourd'hui âgé de 9 ans, était absent au procès de ses parents, le président du  tribunal correctionnel, Jean-Marc Anselmi, a soulevé l'émotion en lisant la  déposition de Dylan devant la police. "Il boit, il me traite de bon à rien (...) On m'enferme dans ma chambre avec le verrou (...) Toutes les nuits, je fais pipi au lit car il n'y a pas de toilettes", déclarait l'enfant.

Parce qu'il était un enfant agité, Dylan aurait été battu régulièrement sans que sa mère ne lève le petit doigt, jusqu'à l'intervention de la police en mars  2009 sur signalement des services sociaux. Celui qui a été décrit comme l'enfant martyr de Millau était certes nourri, mais il vivait dans une chambre sordide, verrouillée de l'extérieur la nuit, et n'avait pour tout meuble qu'un matelas imbibé d'urine. Il était privé de soins médicaux et n'était pas scolarisé.

Un préjudice incommensurable

Dylan vit désormais en famille d'accueil. "Ses troubles s'atténuent" et une  "normalisation" est envisageable dans les trois ans, selon les experts. Pour l'accusation, qui a également réclamé interdiction d'entrer en contact avec l'enfant et la déchéance de l'autorité parentale, "cet enfant a subi un préjudice incommensurable : des violences physiques, mais aussi morales, des humiliations. A une période de la vie qui privilégie l'insouciance, il en a été privé". Avant le réquisitoire, l'avocate de l'association représentant l'enfant a toutefois souligné combien Dylan était encore traumatisé. "Il est heureux d'aller à l'école, deux jours par semaine, avide d'apprendre mais, quand on évoque le procès, il se recroqueville, disparaît sous la table et, dans sa famille d'accueil, il n'est pas question que l'on ferme la porte de sa chambre", a souligné Me Myriam Plainecassagne.
 
Les parents, aujourd'hui séparés, ont reconnu leur responsabilité. Elle leur a valu un an de détention préventive pour le père et plus de quatre mois pour la mère. "J'ai fait des bêtises, j'assume", a déclaré Franck X, qualifié de "psychorigide" par les experts. "Avec le recul je comprends qu'on a créé une prison, je le regrette haut et fort", a dit Stéphanie, la mère, dont la passivité a été mise en évidence par  l'enquête. 

 

Commenter cet article

  • lnforever : Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi de tels "parents" si toute fois nous pouvons les appeler ainsi! Pourquoi n'ont 'ils pas été déchus de leurs droits parentaux????!!!!! c'est tout simplement intolérable et inadmissible!!! Pour que Dylan puisse se reconstruire aussi bien physiquement que moralement et surtout spychologiquement; il faut le protèger lui ainsi que son petit frère de tels bourreaux!! De tels crimes devraient être sanctionnés plus séverement!! Pourquoi risquer de remettre en danger ces deux enfants?! n'ont ils pas assés souffert?????!!! Cette femme ne mérite pas de revoir un jour ses enfeants! De toute façon pour avoir agit de la sorte; elle n'a pas de sentments à leurs égart!!! C'est honteux et irresponsable de lui rendre ses enfants après ce qu'elle leur a fait subir!!!

    Le 14/06/2010 à 11h58
  • nab_68 : Lamentable, un enfant brisé a jamais et une peine aussi honteuse pour c'est monstres ................... une privation de leurs liberté deja pendant 9 années age de Dylan, dans les même conditions de vie aurai etait moin insultante pour se petit garçon, ai ce que la vie d' un enfant et si peut cher ??????

    Le 13/06/2010 à 09h09
  • anne342 : La vie d'un enfant ne vaut pas grand chose et pourtant les enfants sont l'avenir de notre pays, alors que tous les services concernés se mettent au travail pour aider les enfants de parents défaillants car ces parents sont en général connus.

    Le 13/06/2010 à 08h55
  • utopia83 : C honteux une peine aussi peu longue l'enfance de se petit à été volé. je ne comprend pa k il ny a pa eu de signalement avant

    Le 12/06/2010 à 15h49
  • michu75 : Scandaleux !!!on appelle cela parents alors qu'ils sont boureaux ils ont encore l'autaurité parentale donc des droits sur cet enfant martyre mais dans quel monde vit on?

    Le 12/06/2010 à 09h44
      Nous suivre :
      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      logAudience