En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

La mère du nouveau-né retrouvé dans un congélateur à Metz mise en examen

Edité par
le 22 juillet 2010 à 11h51
Temps de lecture
2min
Carte Metz

Crédits : LCI

A lire aussi
JusticeLe 6 juin, le corps d'un nouveau-né avait été retrouvé dans le congélateur de cette femme de 38 ans. Elle a été mise en examen jeudi pour "homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans".

Une femme de 38 ans a été mise en examen pour "homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans" après la découverte, le 6 juin, du corps d'un nouveau-né dans un congélateur de son appartement à Metz, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. La femme, dont l'identité n'a pas été révélée, a été placée sous contrôle judiciaire, a précisé le procureur de la République de Metz, Rémy Heitz.
  
Une autopsie complétée par des examens d'anatomo-pathologie ont établi que le bébé était viable à la naissance, qui remonterait à la mi-mai, selon une source proche du dossier. Le corps du nouveau-né avait été découvert congelé, soigneusement emballé dans un plastique, par un ami de la mère venu faire le ménage dans l'appartement alors que celle-ci était hospitalisée.

Commenter cet article

  • cathyrurale : Il va vraiment falloir un jour que la justice donne une peine exemplaire pour que ces horreur finissent enfin. Pas d'excuse.

    Le 23/07/2010 à 10h36
  • loloeric59580 : Si elle ne voulais pas de son bébé pourquoi na telle pas avorter ? triste pour le bébé cr il na rien demander

    Le 22/07/2010 à 21h15
  • elealouest : ça devient une mode ou quoi ? si elles veulent pas assumer leur bébé, qu'elles les fassent adopter, point final !!!

    Le 22/07/2010 à 19h06
  • a1n2n2e3 : Pas " quel gâchis " : Quelle horreur !

    Le 22/07/2010 à 18h34
  • danielmado : Alors que tant de couples ne pouvant avoir d'enfant auraient rendu heureux ce petit, quel gachis.

    Le 22/07/2010 à 17h47
      Nous suivre :
      Extrait SEPT à HUIT : 3000 euros la nuit pour marcher dans les pas polynésiens de Marlon Brando

      Extrait SEPT à HUIT : 3000 euros la nuit pour marcher dans les pas polynésiens de Marlon Brando

      logAudience