En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Evasion: 18 à 20 ans requis contre Ferrara, 7 contre Achoui

Alexandra Guillet par
le 18 octobre 2010 à 18h03
Temps de lecture
3min
Au procès Ferrara, Karim Achoui le sulfureux

Karim Achoui. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
JusticeLe parquet général a requis en appel lundi une peine de 18 à 20 ans de réclusion criminelle contre "le roi de la belle" pour son évasion de la prison de Fresnes en 2003. Sept ans et une interdiction d'exercer à vie ont été requis contre son ancien avocat.

Le parquet général a requis lundi une peine de 18 à 20 ans de réclusion criminelle contre Antonio Ferrara, jugé en appel aux côtés de sept co-accusés pour son évasion de la prison de Fresnes (Val-de-Marne) en 2003. En première instance, le "roi de la belle" avait été condamné à 17 ans de réclusion par la cour d'assises de Paris alors que le parquet général en avait requis 20. "Assurément, Antonio Ferrara est d'un abord sympatique, voire séducteur. Il est doté d'une adaptabilité et d'une intelligence malicieuse", a souligné l'avocate générale, Anne Vosgien. Mais "il est trop facile de faire des délinquants une sorte de héros des temps modernes". Rappelant le casier judiciaire chargé de celui que les policiers appelaient le "Jacques Mesrine des années 2000", elle a rappelé qu'il était devenu expert dans la technique "de la parabole", consistant à ouvrir une brèche dans les fourgons blindés au moyen d'un cadre supportant l'explosif.

Autre réquisitoire particulièrement attendu ce lundi, celui concernant l'ex-avocat Karim Achoui. Le parquet a demandé la confirmation de la peine de sept ans de prison ferme prononcée en première instance, pour complicité dans l'évasion d'Antonio Ferrara en 2003. Fait nouveau, le parquet général a également demandé une interdiction "définitive" pour Karim Achoui d'exercer sa profession. L'ex-avocat avait été suspendu de ses fonctions pour cinq ans dans le cadre d'une autre affaire, condamnation devenue définitive en janvier 2009. L'avocate générale, Françoise Mothes, a estimé que Karim Achoui s'était rendu complice de l'évasion, notamment en faisant transmettre à Ferrara par un collaborateur, à l'occasion d'un parloir, le "top départ" de l'opération. Le braqueur italien s'était alors fait transférer au quartier disciplinaire de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), proche du mur d'enceinte, en refusant une fouille. Deux jours plus tard, à 04h15 le 12 mars 2003, une dizaine d'hommes cagoulés et lourdement armés avaient pris d'assaut la maison d'arrêt pour le libérer. Pour Françoise Mothes, la responsabilité de Karim Achoui est "lourde", car  "en tant qu'avocat il était aussi un auxiliaire de justice".

L'avocate générale a également requis des peines de 15 ans de réclusion criminelle pour Bachir Airouche, acquitté en première instance, pour avoir participé au commando, et de 13 ans pour Hamed Illouli pour avoir mené les contacts avec un surveillant complice qui avait fourni à Ferrara des explosifs et un téléphone portable. Elle a requis six ans de prison contre Zaher Zenati, qui aurait fourni un local aux fuyards, et cinq ans contre Hamid Hakkar pour avoir fourni de faux papiers à Ferrara. Dans la matinée, la magistrate avait demandé des peines de 16 à 18 ans de réclusion criminelle pour Dominique Battini et Karim Bouabbas, accusés d'avoir participé à l'opération commando.

Les huit accusés étaient rejugés depuis le 31 août. Lors du premier procès en 2008, 12 autres personnes avaient été condamnées pour leur rôle dans l'évasion, dont le surveillant complice Hocine Kroziz (12 ans de réclusion), qui s'est désisté de son appel juste avant le procès.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Halloween : Rémi Gaillard se fait clown entarteur

      Halloween : Rémi Gaillard se fait clown entarteur

      logAudience