En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

"Mes agresseurs ne savent pas où sont le bien et le mal"

Edité par
le 21 janvier 2011 à 18h39 , mis à jour le 21 janvier 2011 à 18h39.
Temps de lecture
3min
Bruno Wiel, agressé en juillet 2006 et laissé pour mort dans le Val-de-Marne

Bruno Wiel, agressé en juillet 2006 et laissé pour mort dans le Val-de-Marne / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
JusticeAprès 4 jours d'audience, il se dit persuadé de l'homophobie de ceux qui lui font face dans le box des assises du Val-de-Marne. "Je ne vois pas de regrets dans leur regards. Ils sont simplement emmerdés d'être là", a-t-il dit.

"En dehors de leur sphère, leurs amis, leurs familles, le reste, tout ça n'existe pas. IIs peuvent être violents avec tout ce qui leur est extérieur". Après quatre jours d'audience, Bruno Wiel a pris beaucoup de notes et acquis une conviction: ses quatre tortionnaires présumés, jugés à Créteil pour l'avoir passé à tabac et torturé un soir de 2006 parce qu'il était homosexuel, ne savent pas "où sont le bien et le mal". La victime de 33 ans se dit persuadée de l'homophobie de ceux qui lui font face dans le box des assises du Val-de-Marne. "Je ne vois pas de regrets dans leur regards. Ils sont simplement emmerdés d'être là", poursuit-il.
 
Bruno Wiel revient de loin (Lire notre article : "Je ne suis pas un homo, je suis Bruno Wiel). "On mettrait tout ça dans un téléfilm, les gens ne pourraient pas croire que je peux aujourd'hui être debout à m'exprimer", dit-il, lui qui a toutefois perdu tout souvenir de son agression. "A l'époque, cette amnésie était une souffrance, je me suis même renseigné sur l'hypnose pour me réapproprier tout ça... jusqu'à ce que je lise leurs déclarations. Là je me suis dit: 'ouh là c'est violent!' Maintenant, ne pas me souvenir est un soulagement", souligne l'homme à la frêle silhouette.
 
"Ils essayent de se victimiser"
 
Alors que la cour se penchera lundi sur les faits, cette amnésie le soumet toutefois au bon vouloir des accusés. "Ce sont les seuls à détenir la vérité. Je ne peux pas les contredire", soupire-t-il. L'envie ne lui en manque pas. D'après les déclarations des accusés, Bruno Wiel aurait, à la sortie d'un bar gay de Paris, accepté de monter dans leur voiture espérant avoir rencontré des amants d'un soir. "C'est totalement impossible que je sois monté volontairement. J'avais peut-être bu mais de là à partir en banlieue avec quatre inconnus alors que je n'avais jamais quitté Paris intra muros... J'ai toujours été très peureux",
clame-t-il.
 
Après avoir passé quatre journées à écouter la vie des accusés, brisée par les souffrances familiales et les carences affectives, Bruno Wiel rejette toute circonstance atténuante. "Ça n'excuse rien. Ils essayent de se 'victimiser' mais ils n'ont pas voulu s'en sortir. Je n'ai pas été élevé avec une cuillère en argent dans la bouche, loin de là, et pourtant je ne suis pas devenu un voyou", dit-il, choqué du décalage entre les déclarations, très crues, des accusés devant les enquêteurs et celles plus policées à la barre. "Maintenant ils font des belles phrases, ils ont bien appris leurs leçons par coeur", ironise-t-il.
 
Interrogés par la cour sur leur principale qualité, plusieurs d'entre eux ont répondu: "la gentillesse". "Comment peuvent-ils dire ça alors que je suis dans la salle?", lâche Bruno Wiel. A la barre, les accusés ont également fait assaut de contrition tout en continuant de contester toute forme d'homophobie. Bruno Wiel n'y croit pas. "Je ne suis pas la seule victime. Ils ont ciblé et agressé d'autres personnes parce qu'elles étaient homosexuelles", a-t-il assuré. Trois des ses agresseurs présumés sont également poursuivis à Créteil avec deux accusés pour deux autres agressions commises pendant ce même été 2006 autour de bars gays de Paris.

Commenter cet article

  • croix70 : La prison à vie n'est peut être pas la meilleure sanction. Il serait bon de réfléchir à leur infliger des travaux d'intêrêt général. Mais pas de repeindre une cage d'escaliers, quelque chose de plus contreignant, pour qu'ils comprennent que respecter les autres, fait partie de la vie en société qui a des règles , des devoirs.

    Le 24/01/2011 à 10h34
  • jak_74 : Bon, à part la prison à vie, je ne vois rien d'autre et des peines aussi pour les proches qui étaient au courant et qui n'ont rien dit. Ca fera réfléchir beaucoup de monde en France. peut on aussi nous dire leur identité ? leur nom ? et pourquoi pas leur origine, histoire de dire que Zemmour est un menteur.

    Le 23/01/2011 à 18h37
  • danielmado : D'où sortent ces ignobles individus qui se conduisent pire que des animaux? Il n'y a que la prison à vie, effective, qui pourra protéger la société. Malheureusement, dans quelques années, ils pourront recommencer.

    Le 23/01/2011 à 16h14
  • duh24 : Malgré le laxisme de la justice française, ça ne sera malheureusement pas possible.En partageant votre opinion, je pense qu'ils seront simplement jugés par dieu qui devra jeter leur âme dans le châtiment.C'est la seule façon de réclamer justice et le pardon d'un tel acte de ses êtres irrécupérables dans la société, qui sont épargnés par la justice humaine parfois inerte et apathique.

    Le 23/01/2011 à 12h20
  • ninelechat : C'est étrange comme commentaire lol

    Le 22/01/2011 à 20h30
      Nous suivre :
      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      logAudience