En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Christiane Taubira aux Baumettes pour lutter contre "l'indignité"


le 08 janvier 2013 à 13h23 , mis à jour le 08 janvier 2013 à 20h50.
Temps de lecture
3min
Des témoignages accablants à la prison des Baumettes
A lire aussi
JusticeCette prison marseillaise, emblématique de l'état de dégradation de certaines prisons françaises, a lancé des mesures de rénovation après une injonction de la justice administrative. C'est le lieu qu'a choisi la ministre de la Justice pour affirmer les "valeurs" du gouvernement en matière de justice et de politique pénitentiaire.

Christiane Taubira, qui se rend ce mardi aux Baumettes, a affirmé au journal régional La Provence vouloir partir à l'assaut de "l'indignité" dont cette prison vétuste est emblématique. Selon ses services, la ministre de la Justice compte exposer aux Baumettes sa vision d'une politique pénitentiaire "innovante", illustrant "les valeurs" défendues par le gouvernement. Un discours est prévu dans l'après-midi, avant une visite des locaux dans la soirée.

Pour la ministre, les Baumettes, objet le mois dernier d'un rapport alarmant du contrôleur des prisons, Jean-Marie Delarue, est "emblématique du manque de volonté politique trop longtemps subi par l'institution". Ce rapport, rendu public le 6 décembre, a lancé depuis une réaction en chaîne : une semaine après, l'OIP (Observatoire International des Prisons) avait saisi le tribunal administratif de Marseille, qui, le 14 décembre, avait sommé l'administration pénitentiaire d'agir.

La justice demandait que chaque cellule dispose d'un éclairage, que les détritus soient enlevés et que les repas ne soient plus entreposés sur le sol, ni près des bennes à ordures. Mais les injonctions du tribunal marseillais avaient été jugées insuffisantes par l'OIP et d'autres organisations, qui avaient fait appel devant le Conseil d'Etat. Lequel avait ordonné une "opération d'envergure susceptible de permettre la dératisation et la désinsectisation de l'ensemble des locaux du centre pénitentiaire des Baumettes", et ce "dans les plus brefs délais".

Une réforme "sous les yeux de la société"

Depuis cette réaction en chaîne, suivi de décisions de justice administrative enjoignant l'administration, des travaux de dératisation ont notamment été lancés. Mais Christiane Taubira souligne aussi avoir pris "des options très claires" dans le budget 2013, portant sur "l'état des établissements", comme sur "le sens de la peine, de l'incarcération". Elle confirme vouloir développer les aménagements de peines, "en fonction de la gravité des faits", avec des dispositifs tels que les travaux d'intérêt général, le bracelet électronique, la liberté conditionnelle, le placement extérieur... Autant de mesures qui, selon elle, sont efficaces "à la fois sur la réinsertion et sur la réduction de la récidive".

A la question de savoir comment elle comptait "intéresser les Français à la situation des prisons", Christiane Taubira assure que ce qu'elle envisage de faire "se fera sous les yeux de la société". Elle prévoit un projet de loi pour "permettre à des journalistes d'accompagner les parlementaires dans les établissements pénitentiaires" et la mise en place d'un "conseil de l'exécution des peines ouvert sur la société".

Commenter cet article

  • bill_boquet : Notre société ne s'honore pas en ayant plus de considération pour des délinquants que pour des malades, des handicapés ou des vieillards "internés" dans des maisons et refuges divers. Il serait temps de reconnaître les vertus et mérites de chacun afin de les prendre en considération dans le respect qu'on leur doit. Nombreux sont ceux qui doivent être plus dignement traités que les pensionnaires des maisons d'arrêt. Le bon sens des citoyens ne semble pas être celui de nos ministres qui vivent dans des palais, loin du monde des maisons de retraite ou de santé.

    Le 09/01/2013 à 18h17
  • bourge04 : A preuve du contraire, ce n'est pas une obligation d'aller en prison - par contre à l'hopital ou dans une maison de retraite, les gens n'ont pas necessairement le choix. Dans le premier cas, ils sont nourris et logés gratis - dans le 2ème cas, il faut payer parfois fort cher. Cherchez l'erreur messieurs et mesdames les elus.

    Le 09/01/2013 à 17h19
  • jemexprime : Une éponge , un pinceau , un balais .... ne sont pas des outils dangereux et certains prisonniers travaillent en ateliers avec des outils ; En effet , les occuper à entretenir les lieux serait une bonne chose tant pour eux que pour ceux qui travaillent à leur surveillance

    Le 09/01/2013 à 07h42
  • mcg35 : Et Madame Taubira compte faire quoi pour la DIGNITÉ des VICTIMES et des PROCHES DES VICTIMES? ^^

    Le 09/01/2013 à 05h43
  • ouai1 : Il parait difficile de donner des outils à 1 prisonnier. mais l'idée est bonne

    Le 08/01/2013 à 15h48
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience