En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Erreur mortelle de dosage : un an avec sursis pour une infirmière


le 29 juin 2012 à 11h53 , mis à jour le 29 juin 2012 à 12h07.
Temps de lecture
3min
Un lit d'hôpital.

Un lit d'hôpital/Image d'archives / Crédits : Thinkstock

À lire aussi
JusticeEn 2006, dans un hôpital de Tours, cette jeune infirmière avait injecté 100 mg au lieu de 20 mg de médicament à un bébé, atteinte d'une leucémie. Il était décédé quelques semaines plus tard.

Une infirmière accusée d'avoir provoqué la mort d'un bébé de 18 mois en lui injectant une dose de chimiothérapie trop importante a été condamnée à un an de prison avec sursis, vendredi par le tribunal correctionnel de Tours.
 
En mai 2006, à l'hôpital Clocheville de Tours, cette infirmière débutante alors âgée de 24 ans avait injecté 100 mg au lieu de 20 mg de médicament. L'enfant, atteinte d'une leucémie particulièrement grave, avait développé "une insuffisance cardiaque sévère" en raison de cette surdose et était décédée quelques semaine plus tard.
 
Aucun médecin présent lors du drame
 
L'infirmière, poursuivie pour homicide involontaire, avait reconnu les faits. "La seule responsable, c'est moi", a-t-elle répété à la barre, lors de l'audience, le 14 juin dernier. La procureure avait souligné la faute de l'infirmière mais avait aussi fait part de ses doutes quant à l'organisation du service hospitalier. Lors du drame, aucun médecin n'était présent pour superviser le protocole de soins.
 
Me Marc Morin, avocat de l'infirmière, s'est dit satisfait du jugement. "C'est une décision normale. L'infirmière n'a jamais contesté sa faute. J'estime néanmoins que l'hôpital n'aurait jamais dû laisser une jeune infirmière seule avec des produits aussi dangereux", a-t-il déclaré à un correspondant de l'AFP. "L'hôpital a d'ailleurs, depuis 2006, changé son mode de fonctionnement et la façon dont est administré ce type de médicament. Il existe maintenant un double contrôle. Un pharmacien ou une autre infirmière vérifient la dose préparée par la première infirmière", a-t-il relevé. Le jugement n'est pas assorti d'une interdiction d'exercer pour l'infirmière, qui a par ailleurs changé d'établissement.

Commenter cet article

  • a1n2n2e3 : Son métier , elle l' a choisi ! De plus , ce ne sont pas les infirmières qui font le travail harassant ( toilettes , etc ... ) , ce sont les aides - soignants ( tes ) !

    Le 02/07/2012 à 11h31
  • jijiadn : C'est un accident malheureux dont est victime un enfant qui déjà était accablé par la maladie et dont les parents resteront tristes toute leur vie. Mais reconnaissons l'honnêteté de l'infirmière qui, contrairement à beaucoup d'affaire dans les hôpitaux, n'a a aucun moment dédouané sa faute ni nié celle-ci.

    Le 30/06/2012 à 08h27
  • pst60 : J' imagine qu' elle va vivre de remords pendant toute son existence ! Métier difficile.....!

    Le 29/06/2012 à 20h54
      Nous suivre :
      LCI privée de passage en gratuit : "Je veux vous dire ma colère et ma tristesse"

      LCI privée de passage en gratuit : "Je veux vous dire ma colère et ma tristesse"

      logAudience