ARCHIVES

Esclavage moderne : six mois de prison pour avoir acheté une jeune Ivoirienne

avec
le 15 mars 2013 à 22h00 , mis à jour le 15 mars 2013 à 22h22.
Temps de lecture
3min
L'ado a expliqué qu'on l'avait fait venir en France pour servir de domestique à un couple résidant à Cavaillon.

L'ado a expliqué qu'on l'avait fait venir en France pour servir de domestique à un couple résidant à Cavaillon. / Crédits : Google Map/DR

À lire aussi
JusticeUn Cavaillonnais a été condamné vendredi pour traite d'être humain sur une jeune Ivoirienne de 14 ans. L'adolescente, achetée 4500 euros, faisait les tâches ménagères et gardait ses enfants.

Pour avoir acheté une adolescente en Côte d'Ivoire, pour moins de 4500 euros, et l'avoir réduite en esclavage, Seke Leandre Ouata a été condamné vendredi à 18 mois de prison, dont six mois ferme. Cet homme de 25 ans, résidant à Cavaillon, a été reconnu coupable de "traite d'être humain, violence aggravée, travail dissimulé et aide à l'entrée, la circulation et le séjour irréguliers". Mais sa peine étant couverte par sa détention provisoire, il est ressorti libre du tribunal correctionnel d'Avignon. Il devra en outre verser 5000 euros de dommages et intérêts au conseil général de Vaucluse, mandataire ad hoc de Charlotte, la jeune victime.

Le scandale avait éclaté le 13 février dernier. Ce jour-là, Charlotte se présente au commissariat de Cavaillon et raconte son histoire. Par le biais de passeurs, elle a transité clandestinement par le Maroc, direction l'Espagne et Barcelone où elle est arrivée en mai 2012. C'est dans cette ville que Seke Leandre Ouata, qui avait alors déjà versé 4500 euros pour organiser son voyage, la récupère en septembre dernier afin de la ramener en France. 

Des séances de sévices

Dès lors, la jeune fille doit s'acquitter des tâches ménagères dans l'appartement que son "propriétaire" partage avec sa compagne, une Française, et s'occupe des deux enfants, âgés de 4 ans et 1 mois. Le tout, sans papier, sans salaire, sans être scolarisée. Durant cette période, les coups de ceinturons étaient courants. Ce serait une de ces séances de sévices qui aurait motivé la décision de la jeune Ivoirienne de se rendre à la police.

Egalement jugé pour le calvaire de Charlotte, un autre homme, Isaac Kouassivi, un Togolais de 31 ans, a été condamné vendredi à trois mois de prison ferme précisément pour avoir frappé l'adolescente avec une ceinture. Le tribunal correctionnel a ordonné son maintien en détention.

A lire aussi : Soupçonné de s'être acheté une bonne à tout faire pour 4.500 euros

Commenter cet article

  • elmalick69 : Quelle honte...!!!

    Le 19/03/2013 à 17h17
  • riviera13 : Il respecte et applique les règles de sa culture comme, malheureusement, des centaines de milliers d'habitants en France.

    Le 16/03/2013 à 08h29
  • m.fred : Et oui c'est plus facile de taxer les automobilistes ..Et là ça rapporte de l'argent à l'état...6 mois pour esclavage ...

    Le 16/03/2013 à 07h56
  • grognoonn : Et vous parler de justice 6 mois . quelle honte

    Le 16/03/2013 à 02h05
  • honfray2012 : 6 mois !!! vous appelez çà une "peine" ??? 10 ans de prison auraient été un peu plus dissuasifs , non ??

    Le 16/03/2013 à 01h37
      Nous suivre :

      Entre Morano et Philippot, ça clashe, ça clashe...

      logAudience