En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

La justice française libère Georges Ibrahim Abdahllah sous condition d'expulsion


le 10 janvier 2013 à 16h49 , mis à jour le 10 janvier 2013 à 17h40.
Temps de lecture
3min
abdallah georges ibrahim terrorisme

Crédits : INTERNE

À lire aussi
JusticeIncarcéré en France depuis 28 ans pour complicité d'assassinat de deux diplomates en 1982, le Libanais de 61 ans pourra sortir de prison s'il est expulsé du territoire français, a-t-on appris de source judiciaire jeudi.

Le Libanais Georges Ibrahim Abdallah,  incarcéré depuis 28 ans en France pour complicité d'assassinat de deux  diplomates en 1982, a obtenu de la justice le feu vert à sa libération, mais devra attendre un arrêté d'expulsion du ministère de l'Intérieur pour sortir de prison.
 
L'Intérieur doit impérativement prendre cet arrêté d'ici lundi, a décidé la  chambre d'application des peines. Sans ce préalable, Georges Ibrahim Abdallah,  61 ans, condamné à perpétuité en 1987, ne pourra quitter la prison de Lannemezan (Hautes-Pyrénées) où il est détenu. Les juges d'appel ont confirmé la décision rendue le 21 novembre par le  tribunal d'application des peines de Paris, qui avait déjà répondu positivement  à sa demande de libération et avaient fixé cette date butoir du 14 janvier pour son expulsion.
 
Les mots de Vergès
 
"J'accueille avec satisfaction cette décision car j'avais demandé à la justice française de ne plus se comporter comme une putain face au maquereau américain", a ajouté le conseil.
 
Engagé auprès du mouvement palestinien radical FPLP (Front populaire de libération de la Palestine), Abdallah avait été arrêté le 24 octobre 1984 et condamné à perpétuité en 1987 pour complicité dans les assassinats en 1982 à Paris de deux diplomates, l'Américain Charles Robert Ray et l'Israélien Yacov Barsimantov.
   
Me Vergès a régulièrement dénoncé une volonté "politique" et la "mainmise  des Etats-Unis" derrière le maintien en détention de son client, libérable  depuis 1999, et qui a déjà demandé à huit reprises sa remise en liberté. Il avait déjà obtenu une libération conditionnelle en 2003, mais celle-ci  avait finalement été refusée par la juridiction d'appel en janvier 2004.

Commenter cet article

  • nathsanta : Vive la gauche fallait s'y attendre et on a pas tout vu

    Le 11/01/2013 à 10h01
  • morob... : à cochon49000 : non seulement les socialos, grands protecteurs des arabes, vont lui accorder cet asile , mais il va percevoir 900 euros par mois sans avoir travaillé un seul jour et s'il vit en couple près de 1200 euros! il y a des Français qui ont travaillé 40 ans et plus et qui ne touche que 7 à 800 euros!!! elle est pas belle la France?????

    Le 11/01/2013 à 07h58
  • cochon49000 : Bah , il va demander l'asile politique en france , histoire de demander la retraite française sur le dos des français

    Le 10/01/2013 à 20h26
      Nous suivre :
      Quand les danseurs de Beyoncé refont la choré en plateau

      Quand les danseurs de Beyoncé refont la choré en plateau

      logAudience