En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Il avait donné les noms de ses collègues : l'ancien de la DGSE relaxé


le 07 septembre 2012 à 14h59 , mis à jour le 07 septembre 2012 à 15h02.
Temps de lecture
3min
A lire aussi
JusticeUn ancien cadre des services secrets, poursuivi pour avoir prétendument "révélé" l'identité de deux hauts responsables de la DGSE dans un livre, a été relaxé vendredi par le tribunal correctionnel de Paris.

Maurice Dufresse, ancien sous-directeur de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), avait publié en 2010, sous le pseudonyme de Pierre Siramy, un livre intitulé "Vingt-cinq ans dans les services secrets" (Flammarion), évoquant sa carrière ainsi que des dossiers sensibles, de l'affaire du Rainbow Warrior à celle des moines de Tibhirine. Il présentait par leurs noms deux de ses anciens collègues, "chef de l'inspection générale de la DGSE" et "chargé de mission auprès du directeur général".

Pour avoir cité ces noms dans son ouvrage, il avait fait l'objet d'une plainte du ministère de la Défense de l'époque Hervé Morin. Il vient d'être relaxé par le tribunal correctionnel de Paris. Les magistrats de la 17e chambre ont estimé "qu'il ne saurait être considéré que l'ouvrage litigieux" a "révélé" les noms des deux agents, "puisque ces informations avaient précédemment été rendues publiques" dans la presse. Le journaliste Laurent Léger, co-auteur de l'ouvrage, ainsi que les éditions Flammarion, ont également été relaxés.

"Pour voir son anonymat respecté..."

Au cours de l'audience du 8 juin dernier, Maurice Dufresse avait notamment expliqué que les deux hommes dont les noms figuraient dans l'ouvrage n'avaient "depuis deux décennies, que des fonctions administratives". "Je n'aurais pas divulgué l'identité d'agents opérationnels sur le terrain", avait-il souligné. "C'étaient des poids lourds de la maison pour lesquels la première règle, c'est justement d'être connus", avait-il ajouté.

Le parquet avait concédé que les carrières des deux responsables avaient déjà été évoquées dans différents médias et que le livre ne donnait "pas pour la première fois leurs noms en pâture au public". L'avocat de Maurice Dufresse, Renaud Le Guhenec, avait ironisé sur "cette lapalissade : Pour voir son anonymat respecté pour des raisons de sécurité, il faut d'abord être anonyme".

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Leur avion gèle, ils descendent pour le pousser

      Leur avion gèle, ils descendent pour le pousser

      logAudience