En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Six mois ferme pour leur fête Facebook inspirée du film "Projet X"


le 25 juin 2012 à 16h49 , mis à jour le 25 juin 2012 à 21h51.
Temps de lecture
4min
Une fête/Image d'archives

Une fête/Image d'archives / Crédits : Digital vision/Michael Blann/Thinkstock

A lire aussi
JusticeDeux jeunes de 21 ans ont été condamnés lundi à Draguignan pour avoir lancé via les réseaux sociaux une énorme fête, inspirée du film "Projet X", au cours de laquelle une villa inoccupée avait été vandalisée.

La maison où s'est déroulée la soirée avait été entièrement dévastée. Deux jeunes de 21 ans comparaissaient lundi devant le tribunal correctionnel de Draguignan (Var), après avoir lancé sur les réseaux sociaux une énorme fête, inspirée du film "Projet X", au cours de laquelle une villa inoccupée avait été vandalisée. Ils étaient poursuivis pour destruction de mobilier. Egalement poursuivi, l'agent immobilier qui leur aurait loué la villa sans le consentement des propriétaires et qui conteste les faits.
 
C'était le 19 mai dernier. Vitres brisées, sanitaires descellés, canalisations arrachées, mobilier jeté dans la piscine: c'est une vision d'apocalypse qui attendait les deux couples de Néerlandais propriétaires de la résidence. Les dégâts sont évalués à quelque 80.000 euros. "C'était effrayant, incroyable", "ils ont tout cassé", se souvient Hanneke Sprong, l'une des propriétaires de la villa. "Au début, on n'y croit pas, ajoute-t-elle en marge de l'audience. On se croit dans un film où on joue le rôle principal."
 
"Comme dans le film, c'est No Limit"
 
A la barre, les organisateurs de la fête du 19 mai, Allan Brooks et Alexandre Fleury, 21 ans, ont reconnu s'être inspirés du film américain "Projet X". Cette fiction raconte l'histoire de trois lycéens qui préparent la plus grande soirée jamais organisée. Drogue, violence, sexe: la soirée tourne au désastre. Depuis sa sortie le 14 mars, des adolescents en ont reproduit le scénario, causant d'importants dégâts dans des maisons inoccupées. Un jeune en est même mort aux Etats-Unis.
 
Dans le Var, la semence germe début mai. Apparaît alors sur Facebook une page-événement concernant une "soirée Projet X". Dans la marge, l'affiche du film éponyme. Le flyer invite les internautes à une fête qui "rentrera dans l'histoire": "Comme dans le film, c'est No Limit." Les organisateurs promettent du "gros son", des "strip-teaseuses" et des "DJ en folie". "Seule obligation: emmener une bouteille d'alcool par personne." Prix d'entrée: 2 euros. Résultat: entre 600 et 1.200 jeunes de 16 à 20 ans répondent à l'appel. Certains viennent des environs, d'autres ont fait le déplacement de Marseille, Nice, Lyon et même Paris. Ce sont des riverains, excédés par le bruit et inquiets pour leur sécurité, qui alertent les gendarmes.
 
"La réalité vous rattrape (...) de plain-pied"
 
Lundi, Allan Brooks a nié s'être rendu "complice de dégradations". "Ce n'était pas du tout le but" de la soirée, s'est défendu le jeune homme, affirmant avoir voulu "organiser une soirée-test pour se lancer dans l'événementiel". Il assure que les dégradations n'ont pas été le fait des "invités" à proprement parler de la soirée, mais de casseurs venus "détruire la baraque" alors que la soirée était finie. "Je n'ai en aucun cas pensé (...) qu'on allait reproduire ce qui se passait dans le film", a-t-il déclaré. "On n'a pas demandé à 1.200 personnes de venir et de tout casser dans la maison!"
 
Faux, a rétorqué le procureur Pierre Arpaia: "Ils savaient que la soirée allait dégénérer. (...) Le but était de parvenir à un état de 'défonce', qui par l'alcool, qui par d'autres substances. Et à la fin de la soirée, tout devait être détruit." Malheureusement, a-t-il conclu, "la réalité vous rattrape (...) de plain-pied". Face à "de tels actes de vandalisme", il a relevé "la nécessité d'une sanction forte", qui "évitera peut-être à l'avenir d'autres Projets X..." "Entre la fiction et la réalité, il y a un pas que parfois il ne faut pas franchir", a-t-il dit, avant de requérir contre les deux prévenus un an de prison, dont deux mois ferme, et 15.000 euros d'amende. Les deux jeunes ont été reconnus coupables de "complicité de destruction" et condamnés à 1 an de prison, dont 6 mois ferme. Ils devront aussi verser solidairement 20.000 euros d eprovision aux propriétaires de la villa.

Commenter cet article

  • lolo14290 : Ça leur passera peut-être l'envie de recommencer et à d'autres d'essayer. L'évènementiel, jeune homme, ce n'est pas ça. Va falloir aller en formation (pendant la période de prison en espérant que vous la fassiez, ce dont je doute...).

    Le 26/06/2012 à 12h56
  • MAMAMIA : Il faut être totalement cingle et irrespectueux pour s.'introduire dans une maison qui ne leur appartient pas,inviter des gens au ils ne connaissent pas ......pour se justifier de la sorte,"on voulait se lancer ds l evenementiel....quelle insolence!!!!

    Le 26/06/2012 à 10h16
  • passeparici : Croafnt, on ne peut être d'accord avec ce que vous écrivez (encore que les parents ne sont pas responsable de tout) mais pas pour Cayenne ! En fait vous êtes comme ces jeunes : vous ne savez pas vous arrêter !

    Le 26/06/2012 à 09h44
  • croafnt : Tout à fait d'accord. Demandez le remboursement de la casse aux parents de ces vandales. Faire travailler les casseurs à reconstruire et ou à aider ceux qui le feront s'ils n'en sont pas capables eux-mêmes. sinon les envoyer reconstruire Cayenne et qu'ils y restent.

    Le 26/06/2012 à 08h58
  • zoroastrian : Ce qui ressort de cette "aventure" c'est le peu de respect que les jeunes ont. Ce n'est pas chez eux alors on peut tous se permettre, casser, etc. Ceux sont des vandales ! Un groupe virtuel les invite a faire une fete alors allons y gaiement cassons tous ! A force de montrer des aneries a la TV on se retrouve avec des jeunes (et moins jeunes d'ailleurs) qui pensent que la TV s'est la réalité. C'est comme ceux qui ont essaye de reproduire les idees intelligentes de Jackass.

    Le 25/06/2012 à 17h23
      Nous suivre :
      Quand Juppé se moque gentiment de Valls : "Tout va bien, ça vous surprend M. le Premier ministre ?"

      Quand Juppé se moque gentiment de Valls : "Tout va bien, ça vous surprend M. le Premier ministre ?"

      logAudience