En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les deux ex-amis devront se partager le ticket à un million d'euros


le 20 avril 2012 à 11h54 , mis à jour le 20 avril 2012 à 13h04.
Temps de lecture
3min
A lire aussi
JusticeDeux hommes bataillaient depuis près d'un an au sujet d'un ticket gagnant. L'un voulait sa part du pactole, l'autre la lui refusait. La justice a tranché ce vendredi.

Ils ont perdu chacun un ami mais les voilà riches, tous les deux. Deux anciens comparses qui se disputaient un ticket gagnant d'Amigo, un jeu de la Française des Jeux devront se partager le pactole d'un millions d'euros. Ainsi en a décidé la justice vendredi.
 
Les juges du tribunal de grande instance d'Agen ont estimé que les attestations produites par sept témoins à l'audience, le 13 mars, corroborent les dires du patron du bar l'Ecrevisse, à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) qui affirme qu'il avait participé au pari sur le ticket gagnant. Cheikh Guendouzi, 73 ans, affirmait qu'il avait prêté de l'argent à son ami, Messaoud Boudissa, 79 ans. "Tiens, voilà 20 euros. Si tu gagnes on partage, si tu perds tu ne me devras que 10 euros", aurait ainsi lancé Cheick Guendouzi devant témoins ce 31 juillet 2011.
 
L'Amigo a détruit leur amitié
 
Mais l'avocat de M. Boudissa, Me Martial, a décidé de faire appel de la décision, et contre-attaque en portant plainte pour faux-témoignages. "J'estime que ces témoignages sont des faux", a indiqué à l'AFP Me Martial, car "je crois mon client qui dit n'avoir emprunté de l'argent à personne". "De plus, ce jour là, personne n'est venu lui dire qu'il devait partager avec qui que ce soit", a-t-il ajouté, estimant trouver "étrange" la décision du tribunal. "Sauf démonstration contraire, c'est celui qui est détenteur du ticket qui devient légitime détenteur des biens gagnés", a-t-il argué. La saisie conservatoire de la moitié de la somme sur le compte bancaire de M. Boudissa se poursuit donc jusqu'à l'audience d'appel.
 
Tous deux harkis, les deux hommes se connaissaient depuis 35 ans quand le patron de l'Ecrevisse était venu se réfugier en 1963 à Villeneuve-sur-Lot. Avant cette décision, Cheick Guendouzi assurait qu'il ne reparlerait "jamais" à son ancien ami car il s'estimait "trahi".

Commenter cet article

  • celyna1963 : Le rapport est que nos hommes politiques sont à l'identiques, à vouloir toujours tout pour eux et rien pour nous

    Le 23/04/2012 à 13h31
  • celyna1963 : @ hihihihi81 et à parfaire votre orthographe ? vous auriez le temps lol

    Le 23/04/2012 à 13h29
  • levioloniste06 : L'argent...C'est bien une invention de l'homme ça...

    Le 21/04/2012 à 10h47
  • hihihihi81 : En ce qui me concerne,mes amis ne me revairraient jamais.....je searais aux Bahamas ,a engloutir des hectolitres de Ti'punch....coooollll

    Le 21/04/2012 à 00h40
  • jacksonienne : Jafk que vous êtes sexiste!!!

    Le 20/04/2012 à 21h56
      Nous suivre :
      Teddy Riner joue les Pères Noël

      Teddy Riner joue les Pères Noël

      logAudience