En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les mineurs, soupçonnés d'agression sexuelle dans un internat, mis en examen


le 15 mai 2012 à 20h12 , mis à jour le 15 mai 2012 à 20h25.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
JusticeQuatre mineurs, soupçonnés d'agression sexuelle en réunion sur un interne dans un lycée agricole à Fontaine-lès-Vervins (Aisne) ont été mis en examen mardi en fin de journée.

Le procureur de la République de Laon, Olivier Hussenet, a annoncé mardi soir que les quatre mineurs, âgés de 15 à 17 ans, soupçonnés d'agression sexuelle en réunion sur un interne dans un lycée agricole à Fontaine-lès-Vervins (Aisne) avaient été mis en examen.  Un cinquième mineur a été mis en examen pour non empêchement d'un délit contre l'intégrité corporelle.  Les cinq jeunes mis en cause doivent être placés sous contrôle judiciaire.

La victime, un pensionnaire de l'établissement âgé de 15 ans, aurait été agressée en mars dans un contexte de "pseudo bizutage" lors d'un changement de chambre dans l'internat de ce lycée agricole, a indiqué la source judiciaire. La scène aurait commencé par une séance de "chahutage", avec dans un premier temps le "caleçon arraché" et puis ça tourne mal avec "introduction d'une brosse à dent", précise la source. "Quand on change de chambre, ou quand on arrive dans une nouvelle chambre, on est bizuté, chahuté par ses nouveaux camarades de chambrée. C'est dans ce contexte que les faits ont été commis, à l'occasion d'un changement de chambre", a-t-elle poursuivi.   
 
"Quand on change de chambre, ou quand on arrive dans une nouvelle chambre, on est bizuté, chahuté par ses nouveaux camarades de chambrée. C'est dans ce contexte-là que les faits ont été commis, à l'occasion d'un changement de chambre", a-t-elle poursuivi. Selon cette source, la victime avait porté plainte et l'établissement, avisé, aurait pris des sanctions disciplinaires.
 
Placés en garde à vue lundi, les cinq mis en cause ont reconnu les faits, selon la source judiciaire. Le parquet de Laon a requis leur placement sous contrôle judiciaire, ainsi que le placement en centre éducatif fermé pour l'un d'entre eux, a-t-on précisé de même source.

Commenter cet article

  • kg067 : Il me semblait que le bizutage était interdit de nos jours.

    Le 16/05/2012 à 12h15
      Nous suivre :
      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      logAudience