En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

"Racisme anti-blanc" : une affaire jugée à Paris


le 05 octobre 2012 à 13h50 , mis à jour le 05 octobre 2012 à 14h22.
Temps de lecture
3min
Métro parisien

Métro parisien / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
JusticeLa Licra est partie civile dans cette affaire qui date de septembre 2010. Un homme avait été roué de coups dans le métro, par trois agresseurs qui lui avaient crié "sale blanc, sale Français".

Une affaire de violences accompagnées d'insultes racistes contre les blancs sera examinée le 26 octobre à Paris, a  indiqué vendredi la Licra, partie civile dans cette affaire. En septembre 2010, un homme a été roué de coups dans une station de métro  parisien par trois agresseurs qui lui ont crié "sale blanc, sale Français", a  expliqué Me Naïma Moutchou, avocate de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra).

Seul l'un des agresseurs a été retrouvé. Il sera jugé devant la 13e chambre correctionnelle du tribunal de grande  instance (TGI) de Paris pour violence ayant entraîné une interruption temporaire de travail (ITT) supérieure à 10 jours. Le caractère raciste de  l'agression a été retenu comme une circonstance aggravante, selon l'avocate. "Il nie avoir tenu des propos racistes", a précisé Me Moutchou. Il y a peu de jurisprudence sur le sujet, a-t-elle précisé, en citant un précédent à Nancy en 1998 avec une condamnation pour insulte raciste et un autre à Douai en 2008. "Mais c'est la première fois, que nous sommes partie civile dans une  affaire de violences avec le racisme anti-blanc comme circonstance aggravante", a-t-elle dit. Pour l'avocate, "ce procès est important, mais il ne faut pas s'enflammer: c'est une forme de racisme comme une autre, ni plus ni moins."   

Depuis l'éclosion d'une polémique sur le "racisme anti-blanc", après la  sortie de Jean-François Copé (UMP) à la mi-septembre, la Licra a assuré à plusieurs reprises vouloir lutter contre toute forme de racisme, tout en  qualifiant de "phénomène marginal" le racisme contre les Blancs. Le candidat à la présidence de l'UMP a évoqué dans son livre "Manifeste pour une droite décomplexée" l'existence d'un "racisme anti-blanc" dans certains quartiers. (Lire notre article : "Racisme anti-blanc" : pourquoi Copé emploie-t-il ces mots ?) Plusieurs responsables politiques ont reconnu l'existence de tensions dans  les zones sensibles, mais le Front National et la gauche ont accusé Jean-François Copé de récupération  électoraliste. 18% de Français nés en France de parents français avaient déclaré, en 2009 dans une enquête de l'Ined et l'Insee, avoir déjà été victimes de racisme, contre plus de 50% pour les descendants d'immigrés maghrébins.

Commenter cet article

  • gilkayo : Tiens donc !!!

    Le 07/10/2012 à 14h41
  • jemexprime : Là , elles ne disent rien !!!!

    Le 06/10/2012 à 07h40
  • 421123 : Que disent les associations "bien-pensantes"?

    Le 06/10/2012 à 03h00
  • franky37 : Il n'y a rien à juger. Le racisme intéresse autant le noirs, les blancs que les ... bleus, les verts ou les rouges.

    Le 05/10/2012 à 16h39
      Nous suivre :
      ZapNet - Noël : c'est quoi ces animaux aux mains d'humains ?!

      ZapNet - Noël : c'est quoi ces animaux aux mains d'humains ?!

      logAudience