En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Un chirurgien condamné à verser 10 millions d'euros après une intervention


le 26 juin 2012 à 12h23 , mis à jour le 26 juin 2012 à 12h26.
Temps de lecture
3min
Image d'archives

Image d'archives / Crédits : Pixland/Thinkstock

À lire aussi
JusticeLe mois dernier, un médecin lyonnais a été condamné à verser cette somme à une famille dont l'enfant âgé de quelques mois est devenu handicapé mental et physique à la suite d'une opération.

Un chirurgien a été condamné en mai dernier par la cour d'appel de Lyon à verser quelque 10 millions d'euros à une famille dont l'enfant âgé de quelques mois est devenu handicapé mental et physique à la suite d'une intervention pratiquée en 2001. L'information est révélée par Le Progrès.
 
"C'est sa responsabilité civile qui est engagée, c'est donc sa compagnie d'assurance qui prend en charge ces dommages et intérêts", a expliqué l'avocat de la famille Me Arcadio. Le chirurgien n'a pas en revanche été condamné pénalement, "parce que les juges ont estimé que la faute commise ne répondait pas aux critères légaux de l'infraction de 'blessures involontaires' pour laquelle le chirurgien était poursuivi", a souligné Me Arcadio.
 
L'absence de bilan sanguin à l'origine de l'accident
 
Ces 10 millions d'euros représentent "une somme très importante", a-t-il commenté. "On sait qu'on a bénéficié du regard le plus progressiste des juges sur les préjudices subis et à venir", l'enfant souffrant de terribles séquelles. "Il ne parle pas, n'entend pas, ne voit pas, ne s'alimente pas tout seul", a besoin et aura besoin d'une tierce personne à ses côtés, selon l'avocat de la famille.
 
Les faits remontent au mois de septembre 2001. Le genou du jeune Charles, âgé de quelques mois, est enflé et présente des bleus.  L'enfant est conduit dans une clinique de la banlieue de Lyon. Il est vu par un anesthésiste, puis par un chirurgien. Une opération est pratiquée le lendemain, malgré l'absence de bilan sanguin. Or l'enfant est hémophile. "C'est l'absence de ce bilan sanguin qui est à l'origine de l'accident", selon Me Arcadio.
 
L'opération, a-t-il précisé à l'AFP, a nécessité la pose d'un cathéter sur une voie veineuse située sous une des clavicules de l'enfant. Cet acte va provoquer une lésion dans une veine "qui va faire saigner dans le poumon". Au sortir de l'opération, une radio est effectuée, mais "on ne voit pas que le poumon est rempli de sang". Ce n'est que plus tard qu'"on localise l'hémorragie". "La catastrophe est accomplie", a raconté l'avocat. Une plainte a été déposée par les parents. Seul le chirurgien a été poursuivi, mais pas les anesthésistes. Selon Me Arcadio, la condamnation en appel n'a fait l'objet d'aucun pourvoi en cassation.

Commenter cet article

  • ilesmarquises : Un bébé jackpot ! Ayez au moins une pensée pour cet enfant qui a perdu toutes ses facultés à cause d'une erreur ! Quelle vie va-t-il avoir maintenant ? Et que deviendra-t-il quand ses parents ne seront plus là ? Votre commentaire est honteux.

    Le 26/06/2012 à 22h21
  • ianswer : Handi cap effectivement nous avons tous droit à l'erreur mais dans ce cas précis il s'agit plutôt d'une négligence qui a abouti à un drame. C'est ce que la justice a condamné à juste titre; un médecin , à fortiori un chirurgien, ne doit pas prendre à la légère les précautions élémentaires précédant l'acte chirurgical! En revanche, je suis surpris de l'absolution de l'anesthésiste!

    Le 26/06/2012 à 21h42
  • ianswer : Waoh votre seule excuse: la pertinence de votre raisonnement est à la hauteur de votre orthographe.... et ce n'est pas peu dire!

    Le 26/06/2012 à 21h37
  • ianswer : Il me semble que l'on peut très bien se passer d'incompétents de cette espèce!

    Le 26/06/2012 à 20h07
  • handy.cap : Tout le monde a droit a l'erreur

    Le 26/06/2012 à 19h21
      Nous suivre :
      Le pire du foot

      Le pire du foot

      logAudience