En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Var : une élève de 14 ans mise en examen pour avoir frappé son enseignante


le 27 septembre 2012 à 19h13 , mis à jour le 28 septembre 2012 à 21h38.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
JusticeUne collégienne de 14 ans a été mise en examen jeudi pour "violences aggravées", après avoir frappé une enseignante mardi pendant un cours dans un collège de La Seyne-sur-Mer dans le Var.

L'adolescente a été mise en examen pour "violences aggravées sur personne chargée d'une mission de service public" et placée en "liberté surveillée préjudicielle" (sous le contrôle d'un éducateur) en attendant son jugement. Mardi matin, l'adolescente a frappé sa professeur de français au visage alors que celle-ci lui avait demandé son carnet de correspondance parce qu'elle perturbait la classe. D'après le quotidien Var-Matin, l'enseignante a été touchée à la bouche et à la mâchoire, la mineure lui ayant porté un coup avec son avant-bras.

Le collège Henri Wallon de la Seyne-sur-Mer, où s'est produite l'agression , est classé "ambition réussite". Il se trouve dans la cité Berthe, un quartier sensible de la ville. Douze des 500 postes d'assistants de prévention annoncés doivent revenir à l'académie de Nice, dont il dépend, contre 50 pour la mieux dotée, celle de Créteil.

Après une série de violences exercées contre des enseignants, le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a officialisé, le 17 septembre, la création d'une délégation ministérielle présentée comme la "première structure pérenne" ayant "pour mission de lutter contre les violences en milieu scolaire". Au mois de juin, il avait déjà annoncé que 500 personnes seraient affectées à cette fin "dans les établissements les plus difficiles", d'ici la Toussaint ou Noël. Quelques jours après la rentrée des classes, réagissant à une première série d'agressions, le député UMP Claude de Ganay avair pour sa part annoncé son intention de déposer un projet de loi visant, comme en cas d'absentéisme, à pouvoir supprimer les allocations familiales des élèves violents. Pour Philippe Tournier, secrétaire général du SNPDEN, il faudrait avant tout réduire la pression qui est mise sur l'école (lire : Faut-il supprimer les allocations familliales aux parents d'élèves violents ? ). 

Commenter cet article

  • matger : Trajan,ne confondez pas tout ,le respect doit être inculqué dès le plus jeune âge et devrait s'imposer naturellement .

    Le 28/09/2012 à 13h51
  • matger : Pas de problème,Peillon va créér un observatoire de la violence à l'école.....Ils vont puvoir observer à loisir la dégradation des valeurs de respect qu'ils ont encouragé.

    Le 28/09/2012 à 13h34
  • trajan13 : Et on tend le bras droit aussi?

    Le 28/09/2012 à 12h52
  • lhom35 : La blouse pour tout le monde; pas de survêtement en cours; on se lève quand un prof rentre dans la salle.... On va droit dans le mur! On y est même déjà.

    Le 28/09/2012 à 09h54
  • citoyendu83 : Enfants qui n'ont pas du tout d'éducation, on les laisse faire ce qu'ils veulent et si pas les enfants se sont les parents.

    Le 28/09/2012 à 08h02
      Nous suivre :
      Le pire du foot

      Le pire du foot

      logAudience