En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Violences à Amiens : deux hommes jugés, une audience reportée


le 17 août 2012 à 14h59 , mis à jour le 17 août 2012 à 15h40.
Temps de lecture
3min
tribunal correctionnel juré populaire citoyen assesseur

Image d'archives / Crédits : TF1

À lire aussi
JusticeLe procès de trois hommes, jugés en comparution immédiate par le tribunal correctionnel d'Amiens dans le cadre des affrontements du début de semaine entre police et jeunes des quartiers nord, s'est ouvert vendredi après-midi. L'audience d'un des trois prévenus a été renvoyée au 12 septembre.
Déférés vendredi matin, les trois prévenus, interpellés dans la nuit de mercredi à jeudi, sont poursuivis pour "provocation directe à l'attroupement armé" et "rébellion suivie d'effets" pour l'un d'entre eux, et "destruction volontaire de bien d'autrui par un moyen dangereux" pour les deux autres. 
L'audience d'un des trois prévenus a été renvoyée au 12 septembre. Il a été placé sous mandat de dépôt à la maison d'arrêt de Liancourt (Oise) dans l'attente de sa nouvelle audience, suivant la réquisition du procureur  adjoint. L'avocat de ce jeune homme de 27 ans, poursuivi pour avoir appelé des  jeunes à la violence dimanche soir, a estimé qu'au vu du "contexte médiatique", son client ne pourrait pas avoir "une justice équitable aujourd'hui".  Les deux autres prévenus, poursuivis pour des feux de poubelles et pour lesquels aucun renvoi n'a été demandé, devraient être jugés ce vendredi. Le procès des trois hommes s'est ouvert dans le calme peu après 14H40, avec  un dispositif de sécurité réduit à quatre policiers armés pour filtrer les  entrées.  
 
De sept à dix ans de réclusion encourus
 
Le premier prévenu, un homme de 27 ans, est accusé d'avoir appelé les jeunes du quartier nord à la violence dimanche soir, lors d'une cérémonie d'hommage à un jeune décédé quelques jours plus tôt. Reconnu par un policier alors qu'il se présentait au commissariat dans le cadre de son contrôle judiciaire dans une autre affaire, il nie les faits qui lui sont reprochés. Il encourt sept ans de prison et 100.000 euros d'amende.
Les deux autres prévenus, âgés de 20 et 25 ans, ont quant à eux admis en garde à vue avoir allumé cinq ou six feux la nuit des affrontements, qui avaient fait 17 blessés parmi les forces de l'ordre et des millions d'euros de dégâts, avec notamment trois bâtiments publics incendiés. Ils encourent tous deux dix ans de réclusion. 
Le procureur adjoint d'Amiens a précisé que les trois hommes ne faisaient pas partie des meneurs du mouvement, qui étaient toujours activement recherchés. 
Commenter cet article

  • mon-pays67 : Et l'on fait quoi? ,l' on vote et à chaque fois c'est pire! , aucun ne comprend ce qui est en train de se passer , au contraire ils emplifient le problème ......Il faut de la fermeté , il y en a qui ne comprendront que cela , il faut les expédier ou leur en faire baver pour leur faire avaler leur arrogance .Le service militaire avait du bon , même si cela dépassait un peu les bornes dans la bétise . La caserne c'était pire que les prisons aujourd'hui , tu te la fermais

    Le 18/08/2012 à 07h40
  • bebernabard : Mais je rêve..........Ce procès va encore couter de l'argent et le pire c'est que l'autre va être jugé un autre jour suite au contexte médiatique ... et la justice accepte....... c'est une honte.!

    Le 17/08/2012 à 16h19
  • patvin13 : La Police ne peut plu contrôler personne....... Celui qui n'est pas content d'être contrôlé a forcemment des choses à se reprocher, si ce n'est pas un casier c'est peut-être qu'il vaudrait mieux qu'il retourne d'où il vient. La vérité : c'est le début de guerres civiles en France, Français réveillez-vous !!!!

    Le 17/08/2012 à 16h06
      Nous suivre :
      "Rollerman", l'homme au corps recouvert de roulettes

      "Rollerman", l'homme au corps recouvert de roulettes

      logAudience